Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : General Electric dans le Territoire de Belfort

General Electric à Belfort : l'intersyndicale en appelle à Emmanuel Macron

L'intersyndicale du site de General Electric à Belfort en a appelé mardi à Emmanuel Macron, en visite au Creusot, en Saône-et-Loire, pour soutenir la filière nucléaire, afin de "stopper la mauvaise orientation stratégique" du géant américain, acteur important de la filière nucléaire.

Visite d'Emmanuel Macron au site de Framatome ce 8 décembre.
Visite d'Emmanuel Macron au site de Framatome ce 8 décembre. © Maxppp - Ketty BEYONDAS

Les syndicats (CFE/CGC-SUD-CFDT-CGT) de General Electric à Belfort interpellent Emmanuel Macron. Le Président de la République était ce lundi sur le site de Framatome au Creusot (filiale EDF concevant notamment des réacteurs nucléaires). Il a évoqué l'avenir de la filière nucléaire en France. 

"Notre avenir énergétique et écologique passe par le nucléaire" a dit le Chef de l'Etat. Le président a évoqué rapidement la situation de General Electric à Belfort et Bourogne, où les salariés sont victimes de plans sociaux à répétition : "j'ai une pensée amicale et engagée pour (...) Belfort. (...) L'Etat, le gouvernement (...) sont avec eux pour nous battre pour que ce territoire d'industrie ait l'avenir qu'il mérite"

1.000 emplois supprimés à Belfort en 5 ans

Plusieurs branches à Belfort ont ou vont être touchées : 485 postes supprimés dans l'activité Gas (centrales au gaz), 89 chez Hydro (pièces pour centrales hydroélectriques), et bientôt environ 240 dans l'entité Steam Power de GE, spécialisée dans les turbines pour centrales nucléaires et à charbon. En tout en 5 ans, le groupe américain a supprimé près de 1.000 emplois à Belfort, dans le secteur de l'énergie.

"Aujourd'hui, nous subissons un plan de restructuration excessif et d'un autre côté, on voit M.Macron qui vient à côté de chez nous, au Creusot, pour faire des annonces pour soutenir le nucléaire, donc nous on se dit, 'M.Macron, qu'est-ce que vous faites pour nous?' ", s'interroge Christian Mougenot, délégué syndical CFDT sur l'entité Steam Power à Belfort.

L'Etat ne s'exprime pas sur l'avenir de nos activités, alors que c'est stratégique pour notre pays

"Relancer le nucléaire ok, mais il faut le faire maintenant, il faut stopper ces plans sociaux, avant d'avoir perdu toute compétence et toute capacité à pourvoir délivrer nos projets dans le nucléaire, et c'est valable aussi pour l'hydro, pour le gaz... l'Etat ne se positionne pas clairement vis-à-vis de nos activités et de l'avenir de General Electric, est-ce qu'on fait avec eux, est-ce qu'on fait sans eux, dans quel délai, quel est le planning ?", a-t-il encore poursuivi.

Lettre ouverte de Marie-Guite Dufay

Dans une lettre ouverte adressée au président de la République à l'occasion de son déplacement au Creusot, Marie-Guite Dufay, la présidente de la région Bourgogne-Franche-Comté, lui demande "ne pas oublier Belfort" et sa filière nucléaire "hautement stratégique" pour la France. Elle plaide pour que Framatome "se porte acquéreur de l'ensemble de la branche énergétique de GE", afin de "recréer un champion énergétique français".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess