Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : General Electric dans le Territoire de Belfort

General Electric à Belfort : l'intersyndicale présente ce week-end aux Eurockéennes

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard

Après avoir été reçue au Sénat ce mercredi, l'intersyndicale de General Electric annonce qu'elle sera présente tout ce week-end aux Eurockéennes de Belfort pour faire signer une pétition aux festivaliers.

L'intersyndicale était déjà présente début juin sur le Fimu 2019 à Belfort.
L'intersyndicale était déjà présente début juin sur le Fimu 2019 à Belfort. © Radio France - Jonathan Landais

Belfort, France

L’intersyndicale sera présente lors du festival des Eurockéennes : une équipe d’une quinzaine de personnes fera signer une pétition et vendra des T-shirt aux festivaliers. Un clip vidéo sur la mobilisation et le combat de l'intersyndicale sera diffusé sur les écrans entre les concerts. 

Début juin, une vingtaine de salariés s'était déjà mobilisée le week-end de la Pentecôte à Belfort, sur le FIMU 2019. Ce jeudi, un mois après son lancement, la pétition dépassait les 16.000 signatures. Pour signer la pétition, cliquez sur ce lien. Les organisateurs des Eurockéennes avaient également appelé à rejoindre la grande mobilisation du 22 juin dernier dans les rues de Belfort en soutien aux salariés de General Electric.

Martial Bourquin interpelle le gouvernement

Lors de la séance de questions au gouvernement au Sénat ce jeudi, le sénateur PS Martial Bourquin a une nouvelle fois interpellé le gouvernement sur le dossier General Electric, demandant un moratoire pour geler le plan de suppression de 1000 emplois afin d’envisager des alternatives industrielles à long terme.

Le sénateur a également interrogé le gouvernement sur le non-respect par General Electric de l’accord signé en novembre 2014 entre GE et l’Etat français, contrepartie de l’acquisition par GE de la branche énergie d’Alstom, accord qui devait développer les filières industrielles.

L'intersyndicale reçue au Sénat

L’intersyndicale avait été reçue la veille, mercredi 3 juillet, au Sénat, par une dizaine de parlementaires des différents groupes politiques, notamment Bruno Retailleau et Cédric Perrin du groupe Les Républicains, Patrick Kanner et Martial Bourquin du groupe Socialite et Républicain, Maire-Noël Lienemann du groupe Communiste Républicain Citoyen et Ecologiste et Gérard Larcher, président du Sénat.

Les débats et les échanges ont notamment porté sur "l’absence de politique industrielle en France et la souveraineté énergétique française, GE étant en charge de la maintenance du parc nucléaire français (...) ou sur les solutions pour l’avenir industriel du site de Belfort dont le rachat de tout ou partie des activité de GE Power"

Mardi prochain, 9 juillet, les syndicats de GE rencontreront le député LR Olivier Marlaix, Président de la commission d'enquête parlementaire sur les décisions de l'Etat en matière de politique industrielle, et le député PCF du Nord Fabien Roussel, ainsi que François Homeril, président de confédération CFE-CGC et de Gabriel Artero, président de la fédération de la métallurgie CFE-CGC.

.