Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : General Electric dans le Territoire de Belfort

General Electric à Belfort : le projet industriel estimé à 80 millions d'euros

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Belfort-Montbéliard, France Bleu

Lors d'une réunion à Bercy ce mardi, la direction de GE s'est dit prête à prendre en compte le projet industriel des syndicats, dans sa future stratégie de développement, notamment sur l'hydrogène. Le montant des investissements reste à définir.

General Electric a affirmé ce mardi ne pas écarter le projet des syndicats.
General Electric a affirmé ce mardi ne pas écarter le projet des syndicats. © Maxppp - Maxppp

Les syndicats et la direction de General Electric s'étaient donné rendez-vous ce mardi à la mi-journée avec le gouvernement à Bercy pour envisager l'avenir de la filière turbines à gaz du site GE de Belfort. Après un plan social prévoyant la suppression de près de 500 postes, les représentants du personnel ont présenté un projet pour donner un avenir industriel au site belfortain.

L'hydrogène au cœur du projet

Parmi les pistes les plus fortes, l'une d'elles vise à rendre les turbines à gaz vertes, écologiques via l'utilisation d'hydrogène. Un autre axe de développement est de faire de Belfort un centre de réparation des turbines 50 Hz, pour les marchés européens et africain notamment.

L'ensemble du projet est estimé à 80 millions d'euros : 50 millions pour l'axe hydrogène, et 30 millions d'euros pour les autres axes. Pour les syndicats, "c'est un projet qui ne coûterait rien à l'entreprise vu le chiffre d'affaire dégagé par GE gas à Belfort ("1 à 2 milliards").

Arbitrage budgétaire à l'automne

General Electric a affirmé ce mardi ne pas écarter le projet des syndicats, au contraire : le groupe envisagerait de prendre en compte les pistes de travail des syndicats dans sa stratégie de développement. Dans un communiqué, la direction indique avoir identifié "8 axes stratégiques (sur les dix présentés NDLR) qui seront intégrés dans les orientations stratégiques et la vision d'avenir" du site de Belfort.

Toute la question est de savoir quel budget sera consacré à ces projets. Une nouvelle réunion est prévue à la fin de l'été (fin août/début septembre). La direction sera invitée à se prononcer et à rendre un arbitrage budgétaire lors d'une deuxième rencontre à l'automne 2020.

L'intersyndicale a rendez-vous à 15h ce mercredi à l'Assemblée nationale, pour faire le point sur le dossier.

Communiqué de la direction à l'issue de la réunion à Bercy

"Dans le contexte contraint de ces derniers mois, GE a fait preuve de progrès continus concernant la mise en œuvre de l’accord d’octobre 2019. Le plan social lancé au début de l'année a été mis en œuvre jusqu'à présent uniquement par des départs volontaires (455 volontaires ont quitté l'entreprise depuis l'accord du 21 octobre 2019 NDLR)", indique la direction de GE dans un communiqué.

"Sur le projet industriel, les discussions en cours avec les représentants des salariés ont permis d'identifier 8 axes stratégiques qui seront intégrés dans les orientations stratégiques et la vision d'avenir de GE EPF (site de production des turbines gaz). GE reste déterminé à donner à Belfort une position clé pour soutenir l'activité Gas Power".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu