Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

General Electric à Belfort : les portes de l'usine bloquées pour réclamer des embauches

lundi 1 octobre 2018 à 9:30 - Mis à jour le lundi 1 octobre 2018 à 15:09 Par Blandine Costentin et Emilie Pou, France Bleu Belfort-Montbéliard

Une quarantaine de salariés interdisent l'entrée dans l'usine GE de Belfort depuis 5h du matin ce lundi. Ils réclament des embauches dans la branche nucléaire de General Electric.

L'entrée du site de General Electric à Belfort, bloquée par les manifestants.
L'entrée du site de General Electric à Belfort, bloquée par les manifestants. © Radio France - Emilie Pou

Belfort, France

L'opération a commencé dès l'aube ce lundi. Une quarantaine de salariés de l'usine General Electric de Belfort ont entamé à 5h le blocage du site. Les manifestants empêchent toutes les entrées et bloquent également la sortie d'un convoi exceptionnel, resté coincé à l'intérieur. Ils ont posé du scotch rouge et blanc à la grille, ainsi que des petites barrières en plastique et trois blocs en ferraille. 

Le blocage s'est mis en place à l'aube - Radio France
Le blocage s'est mis en place à l'aube © Radio France - Emilie Pou

Créer des postes pour accompagner l'activité de la branche nucléaire

Ces salariés de l'ancienne usine Alstom réclament le recrutement de cinq personnes en CDI au sein de l'activité nucléaire. Ils disent avoir encore beaucoup de commandes au sein de cette activité et affirment que, pour y faire face, il faut pérenniser les embauches. "Le problème c'est qu'il n'y a pas de vison industrielle sur le long terme" explique Saïd Bersy, usineur et représentant CGT. "L'âge moyen est élevé, et les départs à la retraite ne sont pas remplacés. _On s'inquiète donc pour l'avenir_. Et on en a marre de ne pas être entendus. Cela fait des mois qu'on réclame tout ça dans les instances représentatives". 

Dans l'après-midi le dialogue n'avait pas avancé avec la direction selon les grévistes. "On nous demande de lever le blocus en préalable c'est inacceptable. Nous continuerons tant que la direction ne viendra pas nous voir avec du concret" d'après Lionel Mattes, élu CGT. 

Un convoi exceptionnel est bloqué à l'intérieur - Radio France
Un convoi exceptionnel est bloqué à l'intérieur © Radio France - Emilie Pou

Plan de restructuration mondial

L'opération se déroule dans un contexte particulier : General Electric a annoncé en juin qu'il ne tiendrait pas son engagement de créer 1.000 emplois en France d'ici fin 2018. Cette promesse avait pourtant été prise par le groupe en 2015, lors du rachat des activités énergie d'Alstom. Fin avril, seuls 323 emplois avaient été créés par GE. De plus, un plan de restructuration est en cours dans le groupe à l'échelle mondiale, visant à supprimer 12.000 emplois dans la branche énergie, sans que l'on sache s'il touchera les salariés français.