Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : General Electric dans le Territoire de Belfort

General Electric à Belfort : les syndicats appellent à la mobilisation devant le tribunal

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Belfort-Montbéliard, France Bleu

La direction de General Electric a rendez-vous ce jeudi après-midi au tribunal de grande instance de Belfort. Le juge a été saisi en référé par l'intersyndicale pour suspendre le plan social. L'audience publique débute à 14h.

Entre 5.000 et 8.000 personnes s'étaient mobilisées le samedi 22 juin dernier dans les rues de Belfort.
Entre 5.000 et 8.000 personnes s'étaient mobilisées le samedi 22 juin dernier dans les rues de Belfort. © Radio France - Wassila Guitoune

Belfort, France

C'est un véritable bras de fer qui est engagé entre la direction de General Electric et les syndicats du groupe américain : plus de 1000 emplois sont en jeu. A Belfort, l'intersyndicale veut faire suspendre le plan social et vient de saisir la justice : l'audience a lieu ce jeudi 27 juin en début d'après midi 14h devant le tribunal de grande instance de Belfort. Le juge des référés va écouter les deux parties : les syndicats et la direction de General Electric.

Objectif : atténuer le nombre de suppressions de postes

Les syndicats, qui souhaitent atténuer l'ampleur du plan social, veulent prouver que General Electric n'a pas fait tous les efforts possibles pour maintenir l'activité. Les élus assurent même avoir présenté au groupe américain, depuis août 2018, des dossiers, des pistes dans les domaines du nucléaire ou de l'aviation, pour tenter de sauver l'emploi, mais la direction s'en serait complètement désintéressé.

Aucun travail loyal et sérieux de GE"

Il n'y a, selon eux, "aucun travail loyal et sérieux de GE", c'est en tout cas la thèse qui sera défendue ce jeudi par les avocats des syndicats. Pour le prouver, les conseils de l'intersyndicale vont mettre en avant des documents de travail qui n'auraient pas été pris en compte par la direction. Les avocats de GE, eux, auront également le droit à la parole durant cette audience, mais ils n'ont pas donné suite à nos demandes d'interview.

Le juge peut se déclarer incompétent

Les syndicats ont-ils des chances de faire suspendre le plan social ? Difficile à dire. Ce qui est certain c'est que le juge des référés peut tout à fait dire qu'il n'est pas compétent pour traiter ce dossier, que c'est à une autre juridiction de se prononcer. Habituellement, ce genre de recours peut aller très vite, c'est le principe d'une assignation en référé : statuer dans l'urgence. Il est possible que le juge se prononce sur l'affaire dans les jours qui viennent. 

Pique-nique géant devant le tribunal

L'audience est publique, ce qui veut dire que les salariés qui le souhaitent pourront entrer dans le tribunal à partir de 13h15. "On invite les salariés et citoyens à partir de 13h pour venir assister à l'audience (...) il faut qu'on montre au tribunal que tout le monde est derrière nous, que ce plan doit être suspendu, que c'est tout un territoire qui entre en résistance, c'est une étape très importante pour nous", déclare Philippe Petitcolin, délégué CFE CGC de l'intersyndicale. Un pique-nique géant sera organisé devant le tribunal à partir de 12h30.

Pour permettre aux personnes présentes à l'extérieur du tribunal de s'abriter à l'ombre pendant la durée de l'audience, en raison de la canicule, la ville de Belfort a pris un arrêté interdisant le stationnement des véhicules sur la partie centrale de la place de la République de 12h à 16h.