Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : General Electric dans le Territoire de Belfort

General Electric à Belfort : les syndicats en appellent désormais au ministre de l'Economie

-
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard, France Bleu

Après plusieurs manifestations, dont la dernière ce jeudi 22 avril qui a rassemblé près de 200 personnes, les syndicats veulent faire plier la direction de General Electric et obtenir le maintien de 238 postes. Après le soutien des élus locaux, ils espèrent obtenir celui du gouvernement.

Nouvelle manifestation des employés de General Electric Steam Power ce jeudi 22 avril. Elle a rassemblé près de 200 personnes.
Nouvelle manifestation des employés de General Electric Steam Power ce jeudi 22 avril. Elle a rassemblé près de 200 personnes. © Radio France - Théo Hetsch

Après les 94 emplois sauvegardés, retirés du PSE (plan de sauvegarde de l'emploi) la semaine dernière, les syndicats peuvent-ils encore obtenir davantage de concessions de la direction de General Electric Steam Power ? Leurs dirigeants en sont persuadés. C'est pourquoi ils ont appelé à une nouvelle manifestation ce jeudi 22 avril, qui a rassemblé près de 200 personnes. Et surtout, l'intersyndicale a reçu le soutien des principales collectivités locales du territoire.

La branche nucléaire Steam Power est sous le coup d'un plan social qui prévoyait 238 suppressions de postes dans le cadre d'un projet de réorganisation lié à la sortie du marché des nouvelles centrales à charbon. Les syndicats ont déjà réussi à sauver 94 postes.

Le soutien des élus locaux

Les syndicats ont été reçus pendant près d'une heure ce jeudi à la mairie de Belfort. Autour de la table, le maire de Belfort, Damien Meslot, le président du Conseil départemental, Florian Bouquet, et le conseiller régional Arnaud Marthey, chargé du développement des territoires et de l'énergie. "Ils ont exprimé un plein soutien à notre demande de moratoire sur le PSE et de table ronde" souligne satisfait le délégué central CGT Laurent Santoire. "On parle désormais d'une même voix, ils reprennent nos mots : le maire de Belfort lui-même soulignait que GE parvient à nouveau à faire du profit donc il ne comprend pas pourquoi ce saccage se poursuit". 

Autre marque de soutien hier : l’invitation de Marie-Guite Dufay, présidente de la région Bourgogne-Franche-Comté, à Emmanuel Macron pour venir confirmer à Belfort la volonté d’y maintenir l’emploi

Un courrier envoyé à Bruno Le Maire

Les syndicats veulent désormais toquer à la porte de Bruno Le Maire, le ministre de l'Economie. Avec le soutien des élus locaux, ils vont transmettre au ministre un courrier commun, réclamant un moratoire sur le PSE et une table ronde, afin de stopper le plan de sauvegarde de l'emploi chez GE Steam Power, qui concerne encore 144 postes, "des compétences critiques" disent les syndicats.

"Les élections départementales et régionales arrivent au bon moment", reconnaît Christian Mougenot, le délégué CFDT. "L'espoir est toujours là, il est encore renforcé aujourd'hui par ce soutien du monde politique. Nous espérons que ce courrier va permettre d'obtenir une table ronde, voire même un moratoire pour trouver une solution plus adaptée que ce PSE".

La prochaine étape va arriver dès ce vendredi 23 avril avec une réunion entre la direction de GE et les syndicats au sujet des conditions de départ offertes dans ce plan social.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess