Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : General Electric dans le Territoire de Belfort

General Electric à Belfort : Philippe Petitcolin "la direction veut passer en force"

-
Par , , France Bleu Belfort-Montbéliard

Le délégué syndical CFE CGC de General Electric à Belfort, Philippe Petitcolin dénonce un dialogue tronqué avec la direction. Elle annonce des délocalisations d'heures au mépris des discussions en cours avec les syndicats. Si cela ne change pas, c'est tout le site qui serait condamné.

Philippe Petitcolin délégué CFE CGC chez General Eclectric à Belfort
Philippe Petitcolin délégué CFE CGC chez General Eclectric à Belfort © Radio France - Jonathan Landais

Les élus du personnel de General Electric sont amers après la décision de la direction de délocaliser 40.000 heures de production vers les Etats-Unis et l'Arabie Saoudite. Et cela, en plus du plan social en cours : près de 500 personnes auront quitté le site belfortain d'ici la fin de l'année. Pour le délégué syndical CFE CGC Philippe Petitcolin la décision de ces transferts d'activité s'est faite "en force" et au mépris des discussions avec les syndicats.

La discussion n'est pas loyale - Philippe Petitcolin, délégué CFE CGC

Les discussions ont eu lieu, et les syndicats pensaient avoir fait la démonstration que "même sans accord, on pouvait maintenir la moitié de ces heures sur le site de Belfort, et pourtant la direction a pris des décisions inverses sans les consulter, visiblement, ils veulent passer en force", a indiqué Philippe Petitcolin invité de France Bleu Belfort Montbéliard ce vendredi.

Philippe Petitcolin estime pourtant qu'il y avait toutes les conditions pour envoyer un message positif aux salariés de Belfort. Il espère malgré tout que la direction va revenir sur sa décision, dans les semaines qui viennent, et que les 40.000 heures ne seront pas délocalisées.

La bataille continuera

Les syndicats et les salariés comptent bien poursuivre la bataille juridique, politique et médiatique. 

Pour le délégué CFE CGC, "il y a beaucoup de personnes qui sont impliquées jusqu'au plus haut niveau de l'Etat. Je ne pense pas que les services de l'État aient apprécié cette nouvelle annonce, contraire à ce qui était établi les derniers jours. J'ose espérer que le gouvernement et l'Etat vont agir très vite".

Pour lui, tout est sur la table pour maintenir ces heures sur le site. "Si ce n'est pas le cas, c'est tout le site de Belfort qui est condamné" ajoute le délégué syndical.

Philippe Petitcolin, délégué CFE CGC de Général Electric sur la question des heures délocalisées

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu