Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social
Dossier : General Electric dans le Territoire de Belfort

General Electric à Bourogne : le soutien des habitants aux grévistes

Depuis mardi, des salariés sont mobilisés et bloquent les sites de Belfort et Bourogne, pour tenter de faire plier leur direction sur le plan social annoncé. A Bourogne, les grévistes reçoivent le soutien des habitants et des élus locaux.

Les grilles du site de Bourogne sont closes depuis mardi.
Les grilles du site de Bourogne sont closes depuis mardi. © Radio France - Adeline Divoux

Bourogne, France

Beaucoup de soutien et de solidarité des habitants de Bourogne envers les salariés de General Electric, en grève depuis mardi. Sur la grille du site du village, il est inscrit : "Non gréviste, tu ne rentres pas". Cela n'empêche pas la venue des habitants à l'extérieur. 

"Il n'y a pas vraiment quelque chose d'organisé, c'est spontané. Ils nous amènent du pain, et certains nous ont donné de l'argent pour une cagnotte", confie Martial Deprez, délégué syndical CGT sur le site de Bourogne. "Les pompiers nous ont même apporté du bois pour qu'on puisse se chauffer la nuit", poursuit-il. 

Les non grévistes sont invités à rester dehors.  - Radio France
Les non grévistes sont invités à rester dehors. © Radio France - Adeline Divoux

Les commerçants inquiets pour l'emploi

"Les gens nous disent de continuer le combat", ajoute le délégué syndical. Et pas seulement pour les salariés, également pour tous les emplois qui gravitent autour de l'entreprise : les sous-traitants, mais aussi les commerçants. Laetitia, patronne d'un restaurant du village s'inquiète de perdre sa clientèle, essentiellement des salariés de GE. "On les soutient", dit-elle. Même chose pour Sandra,  qui est commerçante à Belfort. Pour les soutenir, elle se rendra à la manifestation au départ de la Maison du peuple, samedi 19 octobre. 

Samedi, des élus locaux sont également venus apporter leur soutien aux grévistes, notamment le maire de Bourogne, Jean-François Roost, et Françoise Ravey, maire de Morvillars. 

Une réunion doit se tenir ce lundi matin entre les syndicats et la direction, sur les conditions exposées vendredi par les syndicats. A savoir notamment une véritable direction à Belfort, un effectif minimum de 1 400 salariés et aucun licenciement contraint. Le temps presse pour les salariés. Le processus d'information-consultation autour du plan social prend fin le 21 octobre prochain.

A LIRE AUSSI - Dossier : General Electric dans le Territoire de Belfort

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu