Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : General Electric dans le Territoire de Belfort

General Electric: après le décès de trois salariés, lancement d'une alerte de "danger grave et imminent"

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard, France Bleu

Des syndicalistes de General Electric à Belfort ont lancé ce vendredi une procédure de signalement de "danger grave et imminent" pour les salariés de l'entreprise, engagée dans un vaste plan social, pointant le décès de trois d'entre eux en trois semaines. (Avec AFP)

Une lettre a été envoyée au directeur du site. Il est demandé le lancement rapide d'une enquête
Une lettre a été envoyée au directeur du site. Il est demandé le lancement rapide d'une enquête © Radio France - Émilie Pou

Belfort, France

Des syndicalistes de General Electric à Belfort ont lancé ce vendredi une procédure de signalement de "danger grave et imminent" pour les salariés de l'entreprise. Un courrier a été adressé au directeur du site, Antoine Peyratout, par trois membres de la Commission santé, sécurité et conditions de travail (CSSCT) de l'entité de GE qui produit des turbines à gaz. Ils demandent "la mise en oeuvre d'une enquête dans les plus brefs délais qui concernera l'ensemble des postes et salariés de l'entreprise".  

Décès de trois salariés en trois semaines

Les élus de la CSSCT soulignent "le décès en 3 semaines de 3 salariés (2 crises cardiaques et 1 accident vasculaire cérébral)", du jamais vu, selon eux en si peu de temps.  Pour Francis Fontana, délégué Sud: "Ces décès n'ont pas eu lieu dans l'entreprise, mais trois décès soudain en si peu de temps, il y a un lien pour nous avec le déclenchement de la procédure du plan social, (792 postes supprimés à Belfort) et avec la situation de tension généralisée dans l'entreprise"."Les chiffres du plan de sauvegarde de l'emploi circulent dans les ateliers et les bureaux, ils sont analysés selon les postes et l'ancienneté de chacun. Il y a donc parfois des tensions entre collègues ou avec la hiérarchie".

Une expertise déjà au mois de novembre

En novembre 2018, "les 3 CHSCT de l'entreprise avaient déjà déclenché une expertise pour risques graves" après de nombreux signalements portant sur des risques psychosociaux dans l'entreprise. Ce rapport avait montré que 63% des salariés interrogés se trouvaient "en niveau fort à très fort" en termes de charge mentale.

C'est une instrumentalisation indécente (la direction de General Electric)

Du côté de la direction, on dénonce dans un communiqué, "l'instrumentalisation indécente" par "certains syndicalistes" de ces trois décès. Décès qui, précise-t-elle, n'ont pas eu lieu dans l'entreprise et d'ajouter: "Nous réfutons tout lien avec l'actualité de l'entreprise". "Toute l’entreprise partage la peine des familles éprouvées par ces décès et tout est mis en œuvre pour leur apporter le soutien nécessaire". La direction a tout de même l'obligation de lancer une enquête. Une réunion est prévue dès lundi après-midi. 

Les autres procédures se poursuivent

On a appris également ce vendredi que le Parquet National Financier se saisit de l'enquête sur la vente du pôle énergie d'Alstom à General Electric en 2014. C'est un élu des Républicains d'Eure et Loire qui avait lancé l'alerte. Olivier Marleix évoque un "pacte de corruption" dans cette affaire.