Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social
Dossier : General Electric dans le Territoire de Belfort

General Electric Belfort : qui sont les entreprises prêtes à recruter les futurs ex-GE ?

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard, France Bleu

Alors que se tient ce vendredi la première réunion lançant le plan social de General Electric à Belfort, des entreprises se disent prêtes à accueillir les salariés concernés par les départs volontaires. Segula, Clemessy, ou encore Alstom.

485 postes vont être supprimés dans la filière turbines à gaz de GE à Belfort
485 postes vont être supprimés dans la filière turbines à gaz de GE à Belfort © Radio France - Wassilla Guittoune

Belfort, France

C'est ce vendredi que va se tenir la première réunion lançant le PSE, plan de sauvegarde de l'emploi mené par General Electric. Ce plan prévoit la suppression de 485 postes à Belfort, au sein de la filière turbines à gaz qui en comptait 1.760 au 30 avril 2019. Ce sont 28% des effectifs qui vont donc devoir quitter l'entreprise d'ici le dernier trimestre 2020.

L'objectif, disent les syndicats CFE-CGC et SUD, c'est que personne ne soit licencié : qu'il n'y ait que des départs anticipés à la retraite, ou des départs volontaires. Les négociations qui débutent ce jour vont permettre de préciser et d'affiner les conditions de départ. La direction de GE a également entamé des discussions avec d'autres entreprises pour "transférer" certains salariés.

Une convention signée avec Segula

General Electric a conclu un accord avec l'un des leaders mondiaux de ingénierie, dont la direction générale de l'activité internationale est présidé par Corinne de Bilbao... l'ancienne présidente de GE. Selon nos informations, jusqu'à 114 salariés pourraient être transférés vers Segula, dont le siège se trouve à Brognard. Les deux entreprises refusent d'en dire plus sur les conditions de départ.

Ce que l'on sait, c'est que les transferts se feront sous la condition que GE apporte une garantie de charge de travail à Segula pour une durée d'au moins trois ans. Lors des négociations qui vont être entamées entre la direction et les syndicats ce vendredi pour une durée de six semaines, les syndicats veulent discuter de cette durée de 3 ans pour la faire évoluer à 5 ans.

Clemessy a entamé des discussions informelles avec General Electric 

L'entreprise emploie près de 1.200 salariés à Mulhouse : elle est l'une des filiales d'Eiffage Énergie Systèmes "dédiée au secteur industriel qu’il s’agisse des industries du nucléaire, de l’aéronautique et du spatial, de l’automobile, de la pharmacie et de la pétrochimie, de l’agroalimentaire mais aussi de la métallurgie ou encore de l’énergie".

Les sites alsaciens collaborent de très près avec GE et sont proches géographiquement. Selon les informations de France Bleu Belfort Montbéliard, des discussions informelles ont lieu entre les deux directions. Clemessy ne veut pas s'avancer sur des chiffres de recrutement mais les ressources humaines sont prêtes à regarder avec beaucoup plus d'attention les CV avec le logo GE.

"Nous sommes à peu près sûrs que l'on va en recruter, car nous partageons, les mêmes valeurs, souvent les mêmes compétences et nous avons des besoins", affirme la société qui recrute chaque année une centaine de personnes en Alsace.

Alstom Transport rappelle que l'entreprise recrute en ce moment à Belfort

Alstom Ferroviaire se dit aussi prête à regarder de près les lettres de motivation des futurs anciens GE. L'entreprise cherche à recruter 39 personnes, mais souligne que "le processus de recrutement sera identique pour chacun, qu'ils soient de GE ou d'ailleurs, le recrutement se fera sur les compétences de chacun".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu