Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : General Electric dans le Territoire de Belfort

General Electric : Damien Meslot craint que le discours du gouvernement "soit éloigné de la réalité"

-
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard

Damien Meslot réagit à la réponse d'Agnès Pannier-Runacher sur l'avenir industriel de General Electric. Le 20 octobre dernier, le maire de Belfort avait envoyé un courrier au gouvernement où il faisait part de ses inquiétudes pour les emplois chez GE dans le Territoire de Belfort.

Damien Meslot, le maire de Belfort avait écrit au gouvernement en octobre 2020.
Damien Meslot, le maire de Belfort avait écrit au gouvernement en octobre 2020. © Radio France - Thomas Vichard

Damien Meslot a reçu une réponse du gouvernement après ses craintes sur l'avenir industriel de General Electric dans le Territoire de Belfort. Il les avait couché sur le papier dans un courrier adressé à la ministre déléguée chargée de l'Industrie le 20 octobre dernier. Si le maire de Belfort est satisfait d'avoir obtenu une réponse d'Agnès Pannier-Runacher, il craint cependant que le discours du gouvernement "soit éloigné de la réalité".  

"Totale vigilance" du gouvernement selon Agnès Pannier-Runacher

GE a multiplié ces derniers mois les plans sociaux, Damien Meslot a récemment estimé que le groupe américain aurait supprimé plus de 1.200 emplois directs à Belfort sur les 4.300 personnes que comptait le site en 2015.  

Dans une lettre datée du 15 décembre Agnès Pannier-Runacher estime que "le bassin d'emplois belfortain, qui dispose de compétences rares dans les métiers du nucléaire, et d'un tissu d'entreprises structuré autour de la Vallée de l'Energie, a naturellement vocation à bénéficier" du plan de relance de la filière nucléaire. Cela "permettra de maintenir et développer un outil industriel qui a joué et jouera un rôle clé pour l'édification de notre système électrique". 

La ministre souligne la "totale vigilance" du gouvernement pour que les salariés bénéficient de "solutions constructives (...) à la hauteur des moyens" de General Electric et souhaite "contribuer à la diversification des activités en capitalisant sur les compétences uniques du territoire", et met en avant notamment la nouvelle filière de l'hydrogène. Elle annonce enfin la mise en place d'un comité de pilotage, dont sera membre la commune de Belfort, "pour coordonner l'ensemble des initiatives". 

Damien Meslot rassuré qu'en cas de "consortium autour du groupe EDF"

Des assurances qui restent insuffisantes pour Damien Meslot : "Si ces mots sont effectivement suivis d'effets, je serais rassuré, voire satisfait, pour l'emploi et pour nos habitants. Je crains toutefois que ce discours soit éloigné de la réalité", note-t-il.  

"Je ne serais réellement rassuré que dans le cas où les activités présentes à Belfort seraient rachetées par un consortium autour du groupe EDF", souligne-t-il. "C'est la seule solution qui permettrait de mettre en oeuvre une politique industrielle de l'énergie qui protégerait le savoir-faire et les compétences en France", conclut le maire de Belfort. 

Avec AFP.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess