Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : General Electric dans le Territoire de Belfort

General Electric : des suppressions de postes possibles à Belfort

-
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard

Un plan de départs volontaires est en cours de négociation chez General Electic (GE). Il concerne la branche énergie du groupe, qui emploie près de 1300 personnes à Belfort. Les syndicats demandent des garanties pour ceux qui restent.

À Belfort, GE emploie près de 1300 personnes dans sa branche énergie
À Belfort, GE emploie près de 1300 personnes dans sa branche énergie © Maxppp - DR

La nouvelle a été annoncée cette semaine : le groupe General Electric veut se séparer de plusieurs salariés au sein de sa branche énergie. Des départs volontaires sont souhaités par la direction qui prévoit d'utiliser le dispositif de la rupture conventionnelle collective. Les syndicats de GE à Belfort ne sont pas vraiment surpris, mais ils demandent des garanties.

Négociations en cours

Une première réunion de négociation s'est déroulée ce mercredi 16 janvier 2019. Plusieurs autres devraient suivre. Il s'agit de discuter des modalités des départs volontaires, souhaités par la direction du groupe. Selon Alain Ogor, qui représente la CFDT au sein de la branche énergie de GE à Belfort, les candidats au départ ne devraient pas être trop difficiles à trouver : "Depuis que cette annonce de départs  circule, on est sollicités (...) Il y aurait peut-être même plus de volontaires que de postes  qu'ils [la direction, NDLR] voudraient laisser partir" affirme le syndicaliste.

Il y a un moral des salariés qui n'est pas bon du tout (...) Il y en a qui quittent régulièrement la société parce qu'ils ne se reconnaissent pas dans l'organisation et le fonctionnement du groupe - Alain Ogor, représentant de la CFDT

Si Alain Ogor pense que tous les départs pourront s'effectuer de manière volontaire, son avis n'est pas partagé par tous les syndicats. Francis Fontana, délégué Sud chez GE à Belfort, craint que la direction ne "force la main" à certains.

Demande de garanties pour le futur

Les syndicats demandent des garanties pour les salariés qui vont rester, avec une vision "sur le moyen et le long terme" espère Francis Fontana. Pour le moment, le nombre de salariés belfortains concernés par ce plan de départs volontaires n'est pas précisément défini. Selon les premières estimations des syndicats, 150 personnes pourraient être menacées à Belfort. La prochaine réunion de négociations est prévue mercredi prochain, le 23 janvier.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess