Économie – Social

General Electric évoque un possible rachat d'Alstom, l'industriel français dément

Par Julie Guesdon, France Bleu Belfort-Montbéliard jeudi 24 avril 2014 à 12:18 Mis à jour le jeudi 24 avril 2014 à 17:48

L'industriel Alstom fabrique notamment kes TGV et des centrales électriques
L'industriel Alstom fabrique notamment kes TGV et des centrales électriques © MaxPPP

La Bourse de Paris a démarré sur les chapeaux de roue ce jeudi après des rumeurs sur le rachat d'Alstom par General Electric. Selon l'agence de presse Bloomsberg, l'Américain proposerait plus de 13 milliards de dollars à l'industriel français. De son côté, Alstom a assuré ne pas être au courant d'une offre publique d'achat.

Le fleuron de l'industrie ferroviaire et électrique deviendrait-il prochainement américain ? Jeudi 24 avril, l'action Alstom s'est envolée à l'ouverture de la Bourse de Paris, après que l'agence de presse Bloomsberg a évoqué le rachat du fleuron français par l'Américain General Electric.

Alstom en tête du CAC 40 à +13%

Selon Bloomberg, General Electric propoposerait 13 milliards de dollars (9,4 milliards d'euros) pour le rachat d'Alstom. Si la vente se concrétisait - elle pourrait être annoncée dès la semaine prochaine - il s'agirait de l'acquisition la plus importante du géant américain qui produit déjà des locomotives et des moteurs d'avion.

Sous cotée à cause de rumeurs inquiétantes sur sa santé financière, l'action Alstom a fait un bond ce matin de 11,63% à 27,17 euros, en tête du CAC 40 et se situait en hausse de 13% à midi, et près de 12% avant la fermeture du marché. Pourtant l'industriel a nié être informé d'une éventuelle offre publique d'achat (OPA) sur ses actions. Son PDG, Patrick Kron, s'est contentéde renvoyé au 7 mai, date de la publication des résultats annuels d'Alstom et d'un point "sur les perspectives de ses différentes activités. Également interrogé, Bouygues, qui possède 28% du groupe et dont les actions sont également en hausse de 4.4%, a refusé de commenter la rumeur. Le groupe a cependant réitéré sa confiance envers l'industriel français.

Selon le Figaro, General Electric ne s'intéresserait en fait qu'à l'énergie, soit 70% des actifs d'Alstom, et n'aurait pas prévu d'offre boursière, uniquement le rachat des actifs.