Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social
Dossier : General Electric dans le Territoire de Belfort

General Electric : la CGT menace de bloquer le site de Belfort à nouveau

-
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard, France Bleu

Ce vendredi 22 à 10 heures, des salariés de GE ont décidé de débrayer pour contester le projet de la direction d'augmenter la durée de travail et la suppression de RTT. Ils menacent la direction de bloquer à nouveau le site de Belfort si elle continue à se montrer inflexible dans les négociations.

Le site de l'usine General Electric à Belfort. Juin 2019.
Le site de l'usine General Electric à Belfort. Juin 2019. © Radio France - Wassilla Guittoune

Belfort, France

"Il est hors de question de revenir sur cet acquis" clame Pierre Braye, élu CGT au CSE du site de Belfort à propos de la durée annuelle de travail. Alors que la période de consultation pour préciser les modalités du plan social et de la suppression de 485 postes se termine le 29 novembre, le syndicat menace de se mettre à nouveau en grève lundi 25 et même de bloquer l'usine de Belfort

Ce matin, ils étaient environ 150 à débrayer à l'appel de la CGT. Une délégation s'est rendue au bâtiment Te05 et ont exigé de la direction de revenir sur la suppression de 10 jours de RTT, qui ferait passer la durée de travail de 1305 à 1400 heures par an. Cette mesure est proposée par la direction pour améliorer la compétitivité du site.

La direction estime avoir suffisamment négocié, discuté

"On ne veut pas que l'on touche à nos 35 heures, explique Pierre Braye. Les accords RTT étaient faits pour faciliter la vie dans l'entreprise, en famille et ainsi de suite. Et là, on est en train d'y retoucher pour régresser". 

Face à la direction, la délégation estime ne pas avoir été entendue: "Elle ne veut rien lâcher là-dessus. Elle veut pas discuter quoi que ce soit. La direction pense avoir déjà suffisamment négocié, discuté, déclare l'élu CGT. Lundi, je pense que s'il n'y a pas de compromis de trouvé, il n'est pas impossible que l'on remette le couvert avec une grève, avec des blocages".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu