Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : General Electric dans le Territoire de Belfort

General Electric : le Grand Belfort vote une motion pour défendre le site belfortain

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard

Le Grand Belfort a voté une motion pour défendre la diversification du site de General Electric à Belfort lors d'une session extraordinaire ce mardi 16 avril 2019. Un vote qui fait suite aux annonces successives de suppressions de postes chez GE dans la région.

Le site de GE à Belfort est menacé par plusieurs suppressions de postes
Le site de GE à Belfort est menacé par plusieurs suppressions de postes © Radio France - Manon Klein

Les élus du Grand Belfort se réunissent pour soutenir les sites de General Electric à Belfort et à Bourogne. Une motion de soutien aux salariés, qui défend la diversification de ces sites a été votée à la majorité quasi-absolue ce mardi soir. Un vote lors d'une session extraordinaire du conseil communautaire, consacrée exclusivement à GE, en présence de la présidente de la région Marie-Guitte Dufay et de représentants syndicaux. Cette motion vise à défendre les sites de Bourgogne et de Belfort, menacés par de nombreuses suppressions de postes. On a ainsi appris dernièrement que près de 800 postes pourraient disparaître à Belfort et à Bourogne.

L'union sacrée

Les élus de tous bords politiques ont voté la motion. Une sorte d'union sacrée pour tenter de peser plus fort dans la balance. Les propositions de diversification présentées dans la motion ont déjà été adressées à plusieurs reprises au gouvernement par certains élus du département. Sans obtenir jusqu'ici de réponses concrètes. "En réunissant des élus de tous bords politiques (...) on montre que c'est tout un territoire qui se mobilise derrière son industrie" espère Damien Meslot, le président du Grand Belfort qui se trouve à l'origine de cette motion.

La motion sera transmise prochainement au président de la République Emmanuel Macron, ainsi qu'au premier ministre Edouard Philippe. Elle sera également soumise aux votes en conseil municipal au sein des communes de l'agglomération du Grand Belfort. En plein contexte électoral, avec les élections européennes de mai prochain, certains élus espèrent que le gouvernement sera plus enclin à faire un geste, et à jouer le "bras de fer" avec la direction de GE.

Tous les élus du Grand Belfort ont voté cette motion, excepté l'élu non-affilié Marc Archambault. Il estime que ce texte "ne servira à rien" et que "l'élaboration d'un vrai projet industriel doit prendre du temps, être travaillée en amont et en concertation".

Défendre l'emploi à Belfort

La motion votée par les élus du Grand Belfort met en avant plusieurs mesures pour diversifier l'activité de General Electric à Belfort, et donc ainsi sauvegarder ses emplois. Des mesures dont nous vous avions déjà parlé, qui sont défendues par les syndicats :

- le développement de la filière aéronautique, via un rapprochement avec Safran.

- le développement d'une filière hydrogène.

- le développement du carénage sur les anciennes centrales nucléaires, ou encore la création de logiciels pour ces centrales.

Par ailleurs, en marge de cette session extraordinaire du Conseil communautaire on a eu plus de détails concernant un plan de départs volontaires dont nous vous parlions en janvier : 197 départs volontaires seraient prévus dans la branche "Power system" à Belfort par la direction, via des mesures de ruptures conventionnelles collectives (pour 56 de ces départs prévus) et des plans seniors (pour 141 de ces départs).

Choix de la station

À venir dansDanssecondess