Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : General Electric dans le Territoire de Belfort

General Electric : les syndicats préparent une plainte contre la direction du groupe américain et l'Etat

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard, France Bleu

Alors qu'une réunion est prévue ce vendredi au ministère de l'Economie entre les syndicats, la direction de General Electric et les représentants de l'Etat à propos de la situation du site de Belfort, le syndicat CFE-CGC brandit la menace d'une plainte contre l'Etat et la direction de GE.

Le site turbines à gaz de General Electric à Belfort. Le groupe américain a annoncé en juin 2019 un vaste plan de suppression de postes touchant principalement le Territoire de Belfort.
Le site turbines à gaz de General Electric à Belfort. Le groupe américain a annoncé en juin 2019 un vaste plan de suppression de postes touchant principalement le Territoire de Belfort. © Radio France - Mélanie Juvé

"Le site de General Electric à Belfort est en train de disparaître" résume Philippe Petitcollin, représentant CFE-CGC, syndicat majoritaire chez General Electric, dans la filière turbines à gaz. Le troisième comité paritaire du suivi des accords du 21 Octobre 2019 doit se tenir ce vendredi, où seront réunis les représentants du personnel, la direction du groupe américain ainsi que les représentants de l'Etat. Les syndicats veulent mettre la direction face à leurs contradictions. En effet, lors de la signature du Plan de Sauvegarde de l'Emploi l'an dernier, la direction s'était engagée à faire briller les sites de Belfort et Bourogne et les repositionner comme centres d'excellence 50Hz. Or, selon les syndicats, les dernières annonces du groupe laissent penser que les promesses de GE ne sont pas respectées. La CFE-CGC annonce envisager porter plainte contre l'Etat et le groupe américain.

Toujours pas de dirigeant pour défendre les intérêts de Belfort

C'est une suite de mauvais signes qui laissent penser à Philippe Petitcollin, représentant syndical de GE à Belfort, que General Electric ne compte pas faire du site belfortain un centre d'excellence : "Le directeur financier a quitté l'entreprise, d'autres directeurs quittent l'entreprise, donc le peu de leaders restant à Belfort sont en train de quitter le navire. Et là ça continue : le groupe avait l’opportunité de repositionner des leaders sur Belfort, mais cette chance n’a pas été saisie donc ça ne présage pas grand chose de bon pour l'avenir. On sait très bien que la bagarre ne se fait pas avec les concurrents externes mais en interne : nous sommes en concurrence interne avec les sites américains, l'Arabie saoudite, les pays de l'Est. Si nous n’avons pas de leader ici, de dirigeants français assez haut niveau pour défendre les intérêts du site, cela signifie la fin progressive des activités". 

Toujours pas de filière hydrogène à Belfort 

Autre mauvais signe : les dirigeants devaient s'engager en septembre à investir financièrement sur les sites de Belfort et de Bourogne, notamment pour développer l'activité hydrogène. Or, jeudi, le groupe a annoncé en comité social économique que les arbitrages seraient repoussés : GE ne veut pas prendre décision avant novembre, voire décembre. "Nous n'avons sur ce sujet aucune avancée" déplore Philippe Petitcollin, élu syndical, expliquant que "la direction prétexte qu'avec le COVID-19, il n'y a plus beaucoup d'argent, qu'il va falloir être patient".

Une plainte en préparation 

"Si on ne fait rien, c'est la fin progressive des activités de General Electric en France dans les semaines ou mois à venir" prévient Philippe Petitcollin, représentant CFE-CGC chez GE à Belfort, qui annonce préparer une plainte : "On ne peut pas rester sans rien faire, on a signé un accord qui a une valeur. Les salariés ont consenti à faire des efforts importants sur leurs conditions de travail, sur leurs rémunérations en échange de contreparties. Ces contreparties ne sont pas respectées. Nous préparons une plainte contre l'Etat et General Electric au cas où l'Etat ne fait rien pour faire respecter les accords".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess