Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : General Electric dans le Territoire de Belfort

General Electric : un accord trouvé avec la direction, le piquet de grève en passe d'être levé

-
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard

Les négociations avec la direction autour du plan de sauvegarde de l'emploi, se sont terminées ce jeudi. Si le plan prévoit toujours 144 suppressions de postes dans la branche nucléaire et charbon de l'entreprise, les syndicats ont obtenu l'assurance qu'il n'y aurait aucun départ contraint.

Les syndicats bloquent depuis une semaine la sortie de l'usine et la livraison d'une turbine.
Les syndicats bloquent depuis une semaine la sortie de l'usine et la livraison d'une turbine. © Radio France - Théo Hetsch

C'est la fin d'un long combat pour les syndicats de General Electric à Belfort. Les négociations avec la direction, au sujet du plan de sauvegarde de l'emploi, se sont terminées ce jeudi 6 mai, 24h plus tard que prévu. Et surtout après un long combat sur le terrain : les grévistes bloquaient depuis une semaine la livraison d'une turbine destinée à la centrale britannique d'hinkley point. Le blocage sera levé vendredi matin, annoncent les syndicats.

Un "sentiment mitigé" pour les syndicats

Le plan social prévu dans la branche Steam Power du groupe américain prévoit toujours 144 suppressions de postes. Mais après d’âpres négociations, les syndicats ont obtenu l'assurance de la direction qu'il n'y aurait pas de licenciement, de départ contraint. "La direction de GE devra reclasser en interne les salariés qui n'auraient pas trouvé une porte de sortie" se félicite Dominique Thiriet, secrétaire général à la CGT de GE Steam Power. "C'est malgré tout un sentiment mitigé puisque ça reste un mauvais accord, un PSE, mais les garanties que nous avons obtenu sont un moindre mal". "C'est une avancée majeure, surtout au vu du marché de l'emploi actuellement" se réjouit également Laurent Humbert, secrétaire de la CFE-CGC, "on ne pouvait pas imaginer des collègues remis en décembre sur le marché du travail".

De son côté, la direction de GE Steam Power Systems se félicite d'un accord conclu "à la suite d’un dialogue constructif. L'accord soutient notre engagement commun envers l'industrie nucléaire française et les compétences nécessaires pour assurer son avenir".

La conclusion d'un mouvement de plusieurs semaines

C'est donc la conclusion d'un mouvement social de plusieurs semaines et des avancées au compte-goutte. Les syndicats avaient déjà obtenu mi-avril que la direction diminue l'ampleur du dégraissage. 94 postes avaient déjà épargnés sur les 238 que ce PSE prévoyait de supprimer au départ.

"Nous avons su garder une cohésion tout au long des négociations et nous avons eu des beaux moments de partage entre collègues, ça laissera des traces", se félicite encore Laurent Humbert. Les syndicats peuvent effectivement se réjouir de la mobilisation ces dernières semaines, au sein du groupe, mais aussi dans la classe politique locale et la population. Encore ce mercredi, 300 personnes environ s'étaient réunies devant l'entrée de GE Steam Power à Belfort, pour manifester leur soutien.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess