Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Générations Agriculteur

Dordogne : un ancien carrossier et une ingénieure deviennent agriculteurs à Sainte-Orse

-
Par , France Bleu Périgord

Sylvie Chalaye et David Prud'homme sont agriculteurs à Saint-Orse. Il était carrossier-peintre. Elle était ingénieure en économie. Un couple qui résidait à Saint-Etienne. Ils ont tout quitté pour l'air pur, pour cultiver la terre. ils ne regrettent rien malgré des revenus divisés par trois.

Sylvie et David ont tout quitté pour s'installer comme agriculteurs à Sainte-Orse
Sylvie et David ont tout quitté pour s'installer comme agriculteurs à Sainte-Orse - les jardins de Boscornut

Ils viennent de Saint-Etienne où ils avaient passé toute leur existence. Lui, David Prud'homme, était carrossier. Sa compagne, Sylvie Chalaye est ingénieure, doctorante en économie. Ils se sont rencontrés, ils n'avaient pas encore 18 ans, à l'occasion de ces "classards", des journées où les jeunes des villages se retrouvent, récoltent de l'argent et boivent des coups.   

Se retrouver au milieu des poules comme dans son enfance

David Prud'homme a changé de vie. un projet mûrement réfléchi. "Un jour", explique-t-il, "je me suis demandé à quel moment j'avais été le mieux dans ma vie. J'ai réalisé que c'était au milieu des poules avec mon grand-père". Un grand-père paysan-mineur. David décide de quitter les odeurs toxiques des ateliers de carrosserie et de peinture. Il entame une formation agricole

Sylvie Chalaye travaille dans un observatoire de l'innovation. Elle fait un burn-out et ils sont prêts pour le grand saut. S'installer dans la région de saint-Etienne est impensable. 15 000 euros l'hectare, ce n'est pas dans leur moyens. Félix, leur premier enfant, est de ce monde.  Ils ont 37 ans. Ils se décident naturellement pour la Dordogne, une destination qu'ils connaissent tous les deux. Ils y ont passé leur enfance. Encore les souvenirs d'enfance.

Des revenus divisés par trois

David et Sylvie trouvent un terrain dans leurs cordes sur le causse de saint-Orse au lieu-dit Boscornut. Ils ont trouvé le nom de leur ferme. Il faut défricher les cinq hectares de surface agricole. Creuser pour trouver de l'eau.  Entièrement rénover la petite maison. Une exploitation autrefois propriété d'un agriculteur parti à la retraite il y a vingt ans. On s'est un peu moqué d'eux dans le coin. "Il n'y a pas d'eau, il n'y a que des cailloux, les serres sont montées de travers" se souvient David. 

Ils élèvent, bien-sûr, des poules pondeuses bio, des volailles de chair, de la poularde pour les fêtes de Noël. Ils vendent leurs volailles, leurs œufs, à la ferme, en direct. les clients s'inscrivent par mail et récupèrent leur panier le samedi matin. Des paniers plein de légumes également, Sylvie et David sont aussi maraîchers.

Le couple a vu ses revenus diviser par trois. Malgré les aides. Celles du département, de la région. Des aides à l'installation. La PAC, c'est rien du tout pour une exploitation aussi petite. Mais c'est sans regret. Ni pour elle, ni pour lui. "L'odeur de la ville me saute aux narines quand je reviens à Saint-Etienne" dit Sylvie. Elle y retourne rarement. Les poules ont besoin d'eux.

Reportage à Sainte-Orse avec les propriétaires de la ferme du Boscornut.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess