Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Geoffroy-Guichard : l'ASSE sur le point d'obtenir l'exploitation quasi totale du stade

mardi 26 septembre 2017 à 16:17 Par Émeline Rochedy, France Bleu Saint-Étienne Loire

Le cadre se dessine pour la gestion du stade Geoffroy-Guichard. Loin de la vente initialement envisagée, il est question de faire de l'ASSE un vrai locataire qui pourrait exploiter le Chaudron totalement, Saint-Étienne Métropole restant propriétaire des lieux.

Saint-Étienne Métropole resterait propriétaire de Geoffroy-Guichard mais l'ASSE aurait la maîtrise de son outil de travail
Saint-Étienne Métropole resterait propriétaire de Geoffroy-Guichard mais l'ASSE aurait la maîtrise de son outil de travail © Radio France - Emeline Rochedy

Saint-Étienne

Il reste encore plusieurs rendez-vous d'ordre technique et juridique avant que la convention soit complètement arrêtée mais le cadre se dessine pour la gestion du stade Geoffroy-Guichard. Il est question de faire de l'AS Saint-Étienne un vrai locataire qui pourrait exploiter le Chaudron totalement, Saint-Étienne Métropole restant propriétaire des lieux.
Quand les négociations ont débuté au printemps dernier, il était question de vendre au club. Alors comment l'ASSE y trouvera-t-elle son compte ?

Maîtrise de l'outil de travail

Le club de football aura la maîtrise de son outil de travail. Il fera comme il veut pour la pelouse, sans dépendre des contraintes financières de Saint-Étienne Métropole, qui fait face à la baisse des dotations de l'État. Idem pour les caméras, dont la résolution ne permet pas aujourd'hui d'identifier les fauteurs de trouble, après les incidents émaillant les matches. C'est faute d'identification que l'ASSE écope souvent de peines collectives, avec les huis clos.

La qualité de la vidéosurveillance fait partie des critères posés par la Ligue de football professionnel. Plus le club respecte ces normes, mieux il est classé et la note va bientôt jouer sur la redistribution des droits de diffusion à la télévision.

Tirer profit de l'image et de l'aura des Verts

L'ASSE pourra aussi tirer profit de son image. Pour l'instant c'est Capéa, agence événementielle missionnée par Saint-Étienne Métropole qui en bénéficie quand elle loue les salons du stade pour différentes opérations. Le club pourra reprendre ces prestations en son nom et proposer d'autres déclinaisons pour développer de nouvelles ressources, comme la location à l'année de loge ou de bureaux à ses plus gros partenaires. Une politique commerciale est en pleine élaboration.

Un match de gala pour lancer la saison

Une chose est sûre : l'ASSE pourra organiser un match de gala pour lancer la saison et présenter l'équipe aux supporters comme le font les Anglais ou les Espagnols. Sans compter que le club pourra plus facilement faire visiter le Chaudron aux personnes qui viennent au musée des Verts. Aujourd'hui, les créneaux sont limités et imposent des inscriptions en amont.

Du côté de Saint-Étienne Métropole, il est important de rester propriétaire des lieux "un équipement phare du territoire", rappelle Roland Goujon. "Aujourd'hui, on a des gens qui tiennent la route dans la gestion du club, explique le vice-président en charge des sports. On veut éviter des situations compliquées, on ne sait pas ce qu'il peut se passer, des aléas, des changements de propriétaires, des nouveaux actionnaires".

Quel loyer ?

Le gros œuvre, ce qui a trait à la structure, la toiture, le béton incomberait à la collectivité, tandis que l'aménagement ou l'entretien serait à la charge du club. Reste à finaliser cet automne les contours de ce bail pour une application au 1er janvier 2018, la durée de la convention et surtout le loyer ! Chaque année, il s'agirait aussi de préciser les dates auxquelles le stade accueillera des compétitions dans le cadre d'un éventuel mondial de rugby ou des JO. Pour l'instant, il s'élève à 1,4 million d'euros par an. L'entretien coûte 1,9 million à Saint-Étienne Métropole.

►► LIRE AUSSI Geoffroy-Guichard : l’ASSE se rapproche d’une gestion plus large du Chaudron

►► ASSE : la vente de Geoffroy-Guichard au club, les discussions commencent avec Saint-Étienne Métropole

►►Ligue 1 : l'AS Saint-Etienne veut racheter le stade Geoffroy-Guichard