Économie – Social

Gien : la faïencerie "en bonne santé" selon la direction, les syndicats sont sceptiques

Par Aurore Jarnoux, France Bleu Orléans lundi 16 janvier 2017 à 18:25

Le président de la région Centre-Val de Loire en visite à la faïencerie de Gien ce lundi matin.
Le président de la région Centre-Val de Loire en visite à la faïencerie de Gien ce lundi matin. © Radio France - Aurore Jarnoux

Le président de la région Centre-Val de Loire était en visite ce lundi à la faïencerie de Gien. François Bonneau était accompagné de l'un des deux dirigeants, Yves de Talhouët. A la tête de l'entreprise depuis deux ans, il certifie que sa société se porte bien. Les syndicats n'y croient pas.

"Tout va bien !" : c'est ce que répète Yves de Talhouët. Le dirigeant de la faïencerie de Gien faisait visiter ce lundi matin son usine au président de la région Centre-Val de Loire, François Bonneau.

La faïencerie se porte bien selon la direction

Avec Pascal d'Halluin, Yves de Talhouët a racheté l'entreprise de Gien il y a deux ans, suite au placement en redressement judiciaire de sa maison mère. Et selon lui, aujourd'hui, la faïencerie n'est plus en danger.

On a un chiffre d'affaires stable mais qu'on doit faire croître" - Yves de Talhouët

"On est sur un plan de redressement donc on a fait un certain nombre d'investissements qui commencent à porter leurs fruits, souligne le directeur. Il n'y a pas de problème financier particulier.

Les syndicats sont inquiets

On ne connaît pas le chiffre d'affaires de la faïencerie, Yves de Talhouët ne souhaite pas le divulguer. Les syndicats de l'entreprise dénoncent un manque de transparence. Ils disent n'avoir aucune information officielle sur l'état de santé de la faïencerie.

Et surtout, les syndicats sont très sceptiques concernant les propos du directeur. Selon la CGT, la charge de travail a diminué en 2016, notamment en fin d'année.

Objectif en 2017 : l'export

Yves de Talhouët balaie ces critiques. Pour lui, la faïencerie est sur la bonne voie, reste maintenant à conquérir l'étranger. "On fait à peu près 40% de notre chiffre d'affaires à l'export, et on aimerait beaucoup dépasser 50%, explique le directeur. Par exemple, aux Etats-Unis, on considère qu'on y fait à peu près 10% de notre chiffre d'affaires, on pourrait facilement atteindre les 20%".

Yves de Talhouët vise également l'Allemagne, la Russie, l'Angleterre et la Chine. Mais ce n'est pas son seul projet : le directeur envisage de rénover et d'agrandir le musée de la faïencerie avec la construction à l'étage de résidences d'artistes. Le musée, fermé depuis trois mois suite à un arrêté pris par le maire, devrait d'ailleurs rouvrir ses portes dans les prochaines semaines.

Ces futurs projets et la bonne santé, ou non, de la faïencerie seront très certainement discutés ce jeudi lors d'une réunion du comité d'entreprise.