Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Gilets jaunes à Tours : jusqu’à 40 % de clientèle en moins sur le marché de Noël

mercredi 5 décembre 2018 à 17:44 Par Armêl Balogog, France Bleu Touraine

Des commerçants louant des chalets sur le marché de Noël de Tours déplorent jusqu’à 40 % de fréquentation et de chiffre d’affaires en moins par rapport aux autres années, en raison des mouvements sociaux, dont celui des gilets jaunes. La saison démarre moins bien que les années précédentes.

Jusqu'à 40 % de clientèle en moins sur le marché de Noël de Tours en raison des mouvements sociaux des gilets jaunes
Jusqu'à 40 % de clientèle en moins sur le marché de Noël de Tours en raison des mouvements sociaux des gilets jaunes © Radio France - Armêl Balogog

Tours - France

Les commerçants des chalets du marché de Noël de Tours grimacent quand on leur demande comment se sont passés ces derniers jours, alors que la ville est traversée par les manifestations notamment des gilets jaunes. "Pas très bien. On est en perte là pour l’instant", répond Stéphanie Bobin au chalet des marrons grillés. 

Les manifestations font baisser le chiffre d’affaires des chalets

Timides sur les chiffres, les commerçants parlent tout de même de 30 à 40  % de ventes en moins.

On est bien à moins 40  % au moins en fréquentation et du coup en chiffre aussi. - Pierre Moreau de la Carriolensoleillée

"C’est un peu difficile, vue la conjoncture, les manifestations, et la pluie", commente Annabelle Duchemin, qui vend des produits de soin naturels.

Les gens ont peur, il y a moins de fréquentation. – Stéphanie Bobin

C’est "très très dur, renchérit le pâtissier Rachid Belaalim. Avec les manifestations, c’est vraiment dur. Les samedis, ce sont les meilleures journées ici au marché de Noël, mais avec les manifestations des gilets jaunes, celles des lycéens aussi, il y a moins de fréquentation le weekend. Ce n’est pas comme avant", explique celui qui vend sur le marché depuis plus de dix ans.

Une partie du marché de Noël fermée pendant la manifestation des gilets jaunes

Les chalets les plus près de l’Hôtel de Ville ont dû fermer samedi 1er décembre à 15h en raison des débordements lors de la manifestation des gilets jaunes. Un coup dur pour les commerçants.

"Nous, c’est vrai que les weekends, c’est là qu'on travaille, c’est là que les gens viennent se promener, viennent faire les magasins, explique Laëtitia Lenoir, qui vend du vin chaud sur le marché depuis six hivers. Sur six weekends qu’il y a en tout, il y en a déjà deux qui ont été mauvais."

Rachid Belaalim s’interroge sur la suite des événements, notamment samedi 8 décembre, car les gilets jaunes appellent de nouveau au rassemblement dans le centre-ville de Tours. "On s’inquiète parce que si on rate le troisième samedi, là, je peux commencer à chiffrer… Mais pour l’instant on verra, normalement ce sera calme, j’espère. En même temps, on est toujours d’accord avec les gilets jaunes, mais pas avec les casseurs", tient-il à rappeler.

Environ 2.200 euros de loyer pour un chalet

Quel que soit leur chiffre d’affaires, les commerçants du marché de Noël doivent payer un loyer d’environ 2.200 euros par chalet pour la durée de l’évènement, du 23 novembre au 30 décembre 2018.

"C’est un peu délicat, oui. On a des doutes de comment ça va se passer, commente l’artiste peintre Grégory Danguillaume. Comme Annabelle Duchemin, il n’est pas opposé à l'idée de demander un geste à la mairie, si la saison continue ainsi. "On verra bien à la fin du marché comment ça va se passer, mais oui pourquoi pas", dit-il. "Ça m’étonnerait qu’on l’ait, mais pourquoi pas essayer", ajoute-t-elle.

En attendant la fin du marché de Noël, les commerçants restent optimistes : "Normalement ça va venir, il y aura les vacances, les clients viendront avec leurs enfants", se rassure Rachid Belaalim.