Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Mouvement des "gilets jaunes"

Gilets jaunes "acte 10": la mobilisation en Seine-Maritime et dans l'Eure

-
Par , France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

2000 manifestants dans les rues de Rouen samedi 19 janvier, pour le dixième samedi de mobilisation des gilets jaunes, et 600 personnes au Havre au plus fort de la journée. On dénombre environ 25 interpellation en tout, en majorité dans l'après-midi suite à quelques débordements.

Environ 2.500 personnes ont manifesté à Rouen la semaine dernière pour "l'acte 9" des "gilets jaunes".
Environ 2.500 personnes ont manifesté à Rouen la semaine dernière pour "l'acte 9" des "gilets jaunes". © Radio France - Armel Balogog

Après une semaine marquée par le lancement du grand débat national censé répondre à la crise, combien seront les "gilets jaunes" ce samedi 19 janvier pour "l'acte 10" ? Un nouvel appel à manifester est lancé partout en France.  La mobilisation prend des formes diverses. La semaine dernière, à Rouen comme au Havre, les manifestations ont été émaillées de débordements et d'interpellations nombreuses. 

La participation est en légère baisse ce samedi 19 janvier en Seine-Maritime. Ils étaient 1400 à Rouen selon la préfecture, au moins 2000 selon notre estimation, et 600 au Havre. La journée s'est globalement déroulée dans le calme, avec les désormais traditionnelles échauffourées dans les rues du centre-ville de Rouen, entre manifestants violents et forces de l'ordre. 

Au total sur le département, on dénombre 25 interpellations. Quelques marginaux ont tagué le tribunal, essayé de s'y introduire et brisé une vitre. Aucune vitrine de commerce n'a été vandalisée. Une particularité : la présence de la CGT. Le syndicat a voulu unir ses forces, et continuer à appeler à une grève nationale le 5 février prochain

Le fil de la journée

Initialement prévu devant l'hôtel de ville, les gilets jaunes se sont finalement donnés rendez-vous devant la cathédrale à Rouen. 

Petit à petit les manifestants commencent à se rassembler devant le monument. Des manifestants vêtu de jaune, mais également pour certains de rouge

Près de 2500 gilets jaunes à Rouen

Les gilets jaunes ont réalisé un premier arrêt devant l’hôtel de ville de Rouen, le temps de former un cortège dense. Les manifestants sont encore très nombreux, près de 2500, pour cet acte 10. De son côté la préfecture dénombre 1400 personnes. 

C'est au bout de la rue Jeanne d'Arc, au niveau de la gare de Rouen, que les gilets jaunes ont rencontré les premiers policiers. Ils les ont hué

Le cortège a été rejoint par des motards. La CGT présente depuis le départ de la manifestation tente d'encadrer le cortège

Quelques provocations ont eu lieu envers les forces de l'ordre mais cela n'a pas nécessité d'intervention de leur part. 

Rassemblement au Havre et à Dieppe

D'après les chiffres communiqués par la préfecture de Seine-Maritime, 600 gilets jaunes manifestent ce matin dans les rues du Havre

Le cortège qui s'est scindé en deux est encadré par des membres de la CGT. Un encadrement plus ou moins toléré par les manifestants.

A Dieppe, le rassemblement prévu et organisé a réuni près de 175 personnes selon la préfecture. Les gilets jaunes ont été reçu en mairie

Sur les deux rassemblements, tout se déroule jusqu'ici dans le calme. 

471 interpellations depuis le 17 novembre

Au total, 471 personnes ont été interpellées en Seine-Maritime depuis le début du mouvement des gilets jaunes le 17 novembre 2018. Parmi eux, 385 ont été placés en garde à vue.

Du côté des blessés, la préfecture du département annonce 83 personnes blessés et signale l'intervention des pompiers à 400 reprises. Des interventions la plupart du temps pour des feux de poubelles sur la voie publique. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess