Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Gilets jaunes : barrage devant la plateforme Auchan à Duttlenheim pour ralentir l'économie

mercredi 28 novembre 2018 à 17:00 Par Lucile Guillotin, France Bleu Alsace

Une quarantaine de gilets jaunes se sont rassemblés ce mardi devant la plateforme d'Auchan à Duttlenheim. Ayant le sentiment de ne pas être écoutés par le gouvernement, ils veulent bloquer l'économie française.

Une quarantaine de gilets jaunes rassemblés devant la plateforme Auchan à Duttlenheim.
Une quarantaine de gilets jaunes rassemblés devant la plateforme Auchan à Duttlenheim. © Radio France - Lucile Guillotin

Jusqu'à présent, ils occupaient des ronds-points à Rothau, Brumath, Roppenheim, ou encore Molsheim. Ils ont laissé leur camarades le temps d'une journée pour participer à cette action commune devant la plateforme Auchan à Duttlenheim, avec un seul objectif en tête : "bloquer un peu l'économie" martèle Emmanuel, mobilisé dès le premier jour.

"Bloquer des ronds-points, ça va cinq minutes" : Vincent, un gilet jaune

Vincent qui se définit lui-même comme étant un Robin des Bois des temps modernes tenait à être présent sur ce site. "Il faut qu'on fasse quelques opérations "coup de poing" parce que bloquer des ronds-points, ça va cinq minutes. On fait salut aux camions et aux voitures, c'est gentil mais ça ne fait pas avancer le mouvement. Donc là on essaye de faire quelques actions pour bloquer l'économie". 

D'autres actions "coup de poing" à venir

Laeticia est descendue de la vallée de la Bruche. Elle commence à sentir une forme d'impatience au sein des gilets jaunes : "on ne se fait pas entendre par le gouvernement donc c'est compliqué. Rester là avec des gilets jaunes au bord de la route à se les cailler à longueur de journée, ça devient stressant". Les gilets jaunes souhaitent multiplier ce genre d'actions et toucher "les grands patrons", et "à force, ils iront voir Emmanuel Macron parce que cela ne peut plus continuer comme ça", selon Arnaud, prêt à poursuivre le mouvement pendant des mois s'il le faut.