Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Gilets jaunes : chômage partiel en Ardèche

lundi 26 novembre 2018 à 20:34 Par Pierre-Jean Pluvy, France Bleu Drôme Ardèche

La préfecture de l'Ardèche a décidé de faciliter l'accès à la procédure de chômage partiel. Après dix jours de mouvement des gilets jaunes, plusieurs entreprises sont en difficulté.

Les gilets jaunes au rond-point de Millet à Aubenas
Les gilets jaunes au rond-point de Millet à Aubenas © Radio France - Pierre-Jean Pluvy

Privas, France

La préfecture a recensé les entreprises en difficulté suite aux barrages des gilets jaunes. La plupart sont des moyennes et grandes surfaces alimentaires qui annoncent un chiffre d'affaire en baisse de 15 à 50%.  

Les conséquences économiques du mouvement

Carrefour Annonay a fait savoir à la préfecture que son chiffre d'affaire depuis dix jours était en baisse de 50%. Idem pour Intermarché à Rosières ou encore à Hyper U d'Alissas à côté de Privas. Carrefour Market à Joyeuse ne parvient plus à se faire livrer : sa base logistique à Salon-de-Provence est bloquée. Par ailleurs lundi soir, trois stations service étaient à sec en Ardèche: celle de Leclerc Drive à Tournon, Total Access à Aubenas et celle d'Intermarché à Saint-Jean-de-Muzols. 

Chômage partiel et étalement des paiements URSSAF

La préfecture facilite l'accès à la procédure de chômage partiel : le dossier peut être bouclé en 48 heures et être rétroactif sur quelques jours.  Plusieurs grandes surfaces ont recours à ce système. Le salarié continue à être payé presque normalement. Mais le salaire est pris en charge à 70% par l'État. Les services des finances et l'URSSAF vont également mettre en place des procédures pour étaler les paiements pour passer ces moments difficiles.