Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Gilets jaunes : des chefs de partis réclament un moratoire sur la hausse de la taxation des carburants

lundi 3 décembre 2018 à 19:19 Par Viviane Le Guen, France Bleu

Pour tenter d'apaiser la colère des gilets jaunes, trouver une solution à la crise sociale et politique et éviter de nouvelles violences, l'exécutif a lancé ce lundi une grande concertation et reçu les responsables politiques de l'opposition. Référendum, moratoire : voici ce qu'il faut en retenir.

Édouard Philippe à Matignon le 30 novembre 2018
Édouard Philippe à Matignon le 30 novembre 2018 © Maxppp - Thomas Padilla

Au lendemain d’un week-end tendu, le Premier ministre a reçu une trentaine d'élus et de responsables politiques ce lundi à Matignon, première étape d'une vaste consultation lancée pour tenter d'apaiser la crise sociale et politique des gilets jaunes.

Un moratoire sur la hausse de la taxation des carburants

À l’issue de leur rendez-vous, plusieurs chefs de partis ont demandé un moratoire sur les taxes sur les carburants, réclamé par les manifestants.

"Il faut qu'il y ait un moratoire sur les taxes avant toute discussion, c'est la seule façon de rendre crédible cette discussion" a déclaré Olivier Faure, premier secrétaire du PS à l'issue de son rendez-vous. Un avis partagé par Jean-Christophe Lagarde, président de l'UDI, Sylvia Pinel, co-présidente du Mouvement radical et Benoît Hamon, président de Générations.

Laurent Wauquiez, président des Républicains (LR) et Marine Le Pen, présidente du Rassemblement national (RN) ont, eux, réclamé l'annulation des hausses de taxe.

Changer la méthode

"Le président de la République ne peut pas continuer à rester silencieux, il faut rendre la parole aux Français. Et pour cela il faut organiser un référendum qui permette de trancher définitivement ces questions" a ajouté le patron des Républicains (LR).

De l'autre côté de l'échiquier politique, Benoît Hamon, président de Générations soutient aussi l'idée d'un référendum : "On ne tiendra pas trois ans et demi comme cela avec des corps intermédiaires si affaiblis et des institutions si faibles (...) Nous pensons qu'il est indispensable de revenir devant le peuple sous la forme d'un référendum qui demande aux Français s'ils souhaitent oui ou non qu'on engage des états généraux citoyens vers une sixième république".

Quant à Olivier Faure, premier secrétaire du PS, il appelle l'exécutif à changer de méthode. "Jupiter, c'est fini. Il faut qu'il descende de l'Olympe". "Nous avons remis au Premier ministre une proposition de loi de sortie de crise avec des mesures sur le pouvoir d'achat".

Des mesures pour le pouvoir d'achat

Des mesures symboliques et immédiates pour améliorer le pouvoir d'achat : c'est aussi ce que réclament le Parti communiste ou encore l'UDI.

"Par exemple la baisse des APL qu'ont subi les Français pourrait être remise en cause. Par exemple une modération de la CSG, comme nous l'avons proposé (...) Peut-être taxer les produits de luxe pour financer, par les gens les plus riches, l'accompagnement des Français les plus modestes" a fait valoir Jean-Christophe Lagarde, président de l'UDI.

"Il n'est pas possible de poursuivre les débats à l'Assemblée nationale sur le Projet de loi de financement de la Sécurité sociale, et sur le Projet de loi de finances du Sénat (...) sans avoir ce qui va être annoncé sur le pouvoir d'achat des salariés, des retraités. Ces mesures, nous les demandons depuis longtemps : la hausse des pensions, la hausse du Smic, elles doivent être intégrées dans ces textes de loi" a revendiqué Fabien Roussel, secrétaire national du Parti communiste.

Générations de Benoît Hamon milite aussi une hausse du smic, des minima sociaux et des petites pensions le 1er janvier.

Les écologistes ont, quant à eux, "demandé à ce qu'il y ait des états généraux de la vie chère dans les jours qui viennent" a indiqué David Cormand, secrétaire national d'Europe Ecologie-Les Verts. "Il faut rendre plus juste la fiscalité carbone : faire rentrer dans le paquet le kérosène et le fioul lourd. Il y a des mesures en matière fiscale qui étaient incompréhensibles, je pense à la diminution et à la suppression de l'ISF, je pense au CICE. Il y a nécessité de revenir là-dessus pour réorienter ces recettes sur la question de la transition écologique".