Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société
Dossier : Mouvement des "gilets jaunes"

Quinze gilets jaunes interpellés à Montpellier et un changement de méthode pour la police lors de l'acte 52

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Hérault, France Bleu

Quinze personnes ont été interpellées à Montpellier (Hérault) lors de l’acte 52 des gilets jaunes, également rassemblement national du mouvement. Les forces de l’ordre ont retenu le cortège pendant plusieurs heures dans le centre-ville et procédé à de nombreuses interpellations ciblées.

Plus d’un millier de personnes ont tenté de manifester lors de l’acte 52
Plus d’un millier de personnes ont tenté de manifester lors de l’acte 52 © Radio France - Elena Louazon

Montpellier, France

Ce samedi, à Montpellier, les manifestants n’auront avancé que de quelques mètres. Le temps pour la tête du cortège de faire quelques pas rue de la Loge, et d’être repoussée par un cordon de CRS sur la place de la Comédie. Le reste de l’acte 52 de la mobilisation des gilets jaunes s’est déroulé sur le même ton. Plus d'un millier de personnes avaient répondu à cet appel national à manifester.

Une manifestation contenue

Coincés plus bas, rue de Maguelone, entre la Comédie et la gare, des manifestants et des passants sont restés sur place près de deux heures, encerclés par des cordons de CRS en poste dans chaque intersection. 

"On est venus spécialement à Montpellier pour un anniversaire est on est coincé, regrette David, qui s'est réfugié avec son fils dans un hall d'immeuble. Ce n'est pas un super accueil dans la région". Quelques minutes plus tard, toutes les personnes qui avaient trouvé refuge dans le bâtiment en ont été expulsées par une intervention de police. la scène s'est reproduite dans deux restaurants de la rue au fil de la journée. 

Quelques gaz lacrymogènes ont alors été lancés par les forces de l'ordre, mais de manière beaucoup moins importantes que lors des précédents actes. À la place, le cortège a été scindé en trois par les forces de l'ordre. Une technique de "nasse" encore peu utilisée à cette échelle à Montpellier. 

Quinze interpellations

Pendant qu'un partie du cortège était bloquée dans la rue, assise par terre, un autre cortège s'est reformé Place de la Comédie. On a alors assisté à une dizaine d'interpellations en seulement quelques minutes. Des interpellations ciblées, menées par des équipes d'une vingtaine de CRS, courant d'un bout à l'autre de la place. Pendant de longues minutes, la confusion a régné parmi les passants, encore nombreux, chaque arrestation provoquant mouvement de foule et cris sur la place au passage des forces de l'ordre.

Au total, quinze personnes ont été arrêtées. La préfecture de l’Hérault dénombrait peu avant 20h un manifestant et cinq policiers blessés. 

Ailleurs en France, les gilets jaunes étaient un peu moins nombreux. Ils étaient quelques centaines à Strasbourg, 300 à Toulouse. À Bordeaux, ils ont été rejoints par des manifestants kurdes selon l'AFP.

Reportage dans le cortège d'Elena Louazon

Choix de la station

France Bleu