Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Gilets jaunes : en Dordogne plus de 500 salariés sont en chômage partiel à cause d'une baisse d'activé

mercredi 5 décembre 2018 à 17:49 Par Harry Sagot, France Bleu Périgord

La baisse de l'activité économique depuis le début de la mobilisation des gilets jaunes est déjà mesurable dans le commerce et la grande distribution. Une vingtaine d'entreprises périgourdines ont mis leur personnel en activité partielle, et d'autres secteurs commencent à être touchés.

Les gilets jaunes ont notamment bloqué les zones commerciales (photo d'illustration)
Les gilets jaunes ont notamment bloqué les zones commerciales (photo d'illustration) © Maxppp - BELPRESS/MAXPPP

Dordogne, France

Pour le moment, c'est essentiellement le commerce et la grande distribution qui sont touchés, du côté de Ribérac et Bergerac.  Un peu plus de 500 salariés périgourdins ont été placés en activité partielle. Les aides de l'état permettent de maintenir leurs salaires. 

On a senti une grosse perte de chiffre d'affaire, surtout sur les deux premières semaines" - le président des commerçants de la zone de la Cavaille à Bergerac.

Sur la zone de la Cavaille par exemple, qui emploie plus de 300 salariés sur l'hypermarché Leclerc, la galerie commerciale et les magasins alentours, le président de l'association des commerçants Grégory Bénouahab estime la chute de chiffre d'affaire à 50% environ depuis le début du mouvement des gilets jaunes. 

Dans le secteur du foie-gras, les grandes entreprises (Rougié, Delmond, Espinet) n'ont pas subi de pertes notables pour l'instant, mais leurs dirigeants s'inquiètent d'éventuelles difficultés de transports des marchandises la semaine prochaine, la plus importante de l'année. 

A Sarlat, la charcuterie Vaux déplore des pertes minimes : quelques commandes de particuliers sur internet n'ont pas été expédiées (il n'était pas possible de garantir une livraison rapide) et les camions de livraison sont obligés de rallonger leurs parcours, mais le dirigeant Jean-René Lapié s'inquiète pour ses exportations vers les pays de l'est, via Rungis : "si jamais on ne peut pas acheminer nos marchandises, ces marchés que nous avons récemment développés pourraient être tués dans l’œuf. Aujourd'hui ça n'est pas gravissime mais ça serait problématique si ça perdure."

sur le mois de novembre, nous avons perdu 145.000 euros de chiffre d'affaires" - l'éditeur de cartes postales Tendances Editions

En dehors du secteur du commerce, l'entreprise périgourdine la plus directement touchée semble être l'éditeur de cartes postales de Boulazac Tendance Editions , qui emploie 24 personnes sur cette activité. Certains colis n'ont pas pu être livrés en cette période de cartes de Noël, et surtout les boutiques étaient désertées. Le Gérard Sébastien Girard s'inquiète d'un taux de retour des cartes de Noël de 50%, contre 20% d'habitude : "Cela nous obligerait à reprendre 500 mille euros d'invendus fin janvier, et ça ne se rattrapera pas, parce que la carte postale est un achat d'impulsion"

Les difficulté de transport et de livraison impactent même les petits garagistes, qui ne reçoivent plus certaines pièces ou les pneus dans les temps. Il leur faut alors faire patient le client, et prolonger si possible les prêts de voiture.