Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social
Dossier : Mouvement des gilets jaunes

"Gilets jaunes" : environ 2.000 personnes rassemblées à Metz pour l'acte XIII, des débordements

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

Metz avait été choisie comme point de convergence pour tous les "gilets jaunes" lorrains, ce samedi, pour l'acte XIII de la mobilisation. Près de 2.000 ont répondu à l'appel, dans le calme tout d'abord. Mais en fin de journée, des affrontements ont eu lieu avec les forces de l'ordre.

Les affrontements ont éclaté aux alentours de 17h à proximité de la préfecture.
Les affrontements ont éclaté aux alentours de 17h à proximité de la préfecture. © Radio France - Cédric Lang-Roth

Metz, France

Après Saint-Avold, Longwy, Bar-le-Duc ou encore Nancy, c'était au tour de Metz d'être le point de ralliement des "gilets jaunes" lorrains pour l'acte XIII de leur mobilisation. C'est la deuxième fois que la capitale mosellane accueille la manifestation régionale. Près de 2.000 ont répondu à l'appel et ont manifesté dans les rues de la ville, dans le calme, accompagnés notamment de membres de la CGT, de FO et du syndicat lycéen UNL.

Affrontements en fin de journée

Mais comme lors de la première édition à Metz, les choses ont dérapé vers 17h, quand une partie de ces manifestants a décidé de retourner à proximité de la préfecture, pour tenter d'approcher le bâtiment public, ce qui leur était interdit. Ils se sont donc retrouvés confrontés aux gendarmes mobiles qui leur barraient le passage, sur le pont de la rue Paul Tornow.

Les manifestants ont alors lancé des projectiles (pavés descellés, panneaux de signalisation) en direction des forces de l'ordre, qui ont répliqué par des jets de gaz lacrymogène. Puis les gendarmes ont commencé à avancer, pour faire reculer les manifestants.

Six blessés et cinq interpellations

A mesure que la nuit tombait, le nombre de "gilets jaunes" a diminué. Place de Chambre, certains ont détruit la terrasse d'un café et ont utilisé les débris pour bloquer la route des gendarmes. Le cortège s'est ensuite déplacé vers la place St-Jacques, où la vitrine et le distributeur automatique de l'agence BNP Paribas ont été détruits.

La vitrine de l'agence BNP Paribas après avoir été dégradée par des manifestants. - Radio France
La vitrine de l'agence BNP Paribas après avoir été dégradée par des manifestants. © Radio France - Cédric Lang-Roth

Dans leur sillage, les manifestants ont également allumé quatre incendies de poubelles. En tout, quatre gendarmes et deux manifestants ont été blessés, selon le bilan dressé par les services de l'état. Et cinq personnes ont été interpellées.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu