Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Économie – Social DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Gilets jaunes : l'Occitanie est la région où il y a le plus de demandes de chômage partiel

jeudi 31 janvier 2019 à 20:50 Par Marion Aquilina, France Bleu Occitanie, France Bleu Hérault et France Bleu Gard Lozère

D'après Bercy, la région Occitanie est celle où il y a le plus de demandes de chômage partiel, devant les Hauts-de-France et la Normandie. Le gouvernement demande aux commerçants, artisans et routiers de ne pas attendre pour constituer des dossiers et demander des aides.

Photo d'illustration lors d'une manifestation des gilets jaunes dans le centre-ville de Toulouse
Photo d'illustration lors d'une manifestation des gilets jaunes dans le centre-ville de Toulouse © Radio France - Tommy Cattaneo

Toulouse, France

La région Occitanie est celle où il y a le plus de demandes de chômage partiel (28,6%), devant les Hauts de France (12,8%) et la Normandie (11,5%). Pourtant le gouvernement demande aux entreprises impactées par la crise des gilets jaunes de se manifester. La secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Economie et des Finances, Agnès Pannier-Runacher a communiqué ce jeudi 31 janvier 2019, une semaine après avoir reçu les fédérations de commerçants et d'artisans de Toulouse, Bordeaux, Grenoble ou encore Nantes.

"Difficile de se présenter en situation de détresse devant son banquier"

Pour l'instant les assurances auraient reçu 6 000 dossiers. Selon Agnès Panier-Runacher, ce n'est pas représentatif de la réalité ; les commerçants auraient des réticences à demander des aides : "Des commerçants ont tendance à se replier sur eux mêmes, c'est ce qu'on veut éviter, il y a un vrai sujet d'accompagnement. Quand vous êtes chef d'entreprise c'est difficile de se présenter en situation de faiblesse devant son banquier. Or cette faiblesse est liée à une situation dans laquelle ils n'ont aucune responsabilité."

Le gouvernement n'a pas annoncé de nouvelles mesures mais insiste pour que les commerçants demandent de l'aide notamment en consultant le site internet entreprises.gouv.fr. Pour l'instant 36 millions d'euros ont été débloqués dans ce dispositif exceptionnel pour maintenir l'activité économique. Agnès Pannier-Runacher précise que le gouvernement s'adaptera puisqu'il s'attend à une montée du dispositif, notamment en février, sans doute un mois creux après les soldes. L'impact de la crise des gilets jaunes sur le PIB est de 2 milliards d'euros selon le gouvernement.