Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Gilets jaunes : "La seule chose à faire, c'est un moratoire sur les taxes"

mercredi 28 novembre 2018 à 8:23 Par Clément Lhuillier, France Bleu Lorraine Nord

Fabien Di Filippo, député (LR) de Moselle se montre très sévère envers Emmanuel Macron dont le discours, mardi, n'a pas calmé la colère des gilets jaunes.

Fabien Di Filippo, député de Moselle
Fabien Di Filippo, député de Moselle © Radio France - Vincent Isore

Moselle, France

Il était attendu pour apaiser la grogne, elle ne fait que s'accentuer. Emmanuel Macron n'a convaincu ni les gilets jaunes mosellans mardi lors de son discours depuis le Palais de l'Elysée, ni son opposition. Invité à commenter ces annonces sur France Bleu Lorraine, le député Les Républicains de la circonscription de Sarrebourg Fabien Di Filippo, estime que la réponse n'a pas été à la hauteur de la colère exprimée depuis le 17 novembre contre la hausse des taxes sur les carburants. 

Pour l'élu de Moselle, le Président de la République "s'affranchit des règles les plus élémentaires du concret. Ce discours sonnait comme une provocation. La vraie question c'est : comment s'en sort le Français qui bosse et qui est dans le rouge le 20 du mois pour nourrir ses enfants, pour organiser le réveillon ?" 

Fabien Di Filippo estime qu'Emmanuel Macron doit imposer un moratoire sur les taxes "dans ce contexte de ras-le-bol généralisé." Sur la possibilité de mettre en place une taxe flottante (qui permettrait d'adapter la fiscalité des carburants aux fluctuations des prix du marché), le député parle de "manipulation". Quant à la grande concertation de terrain annoncé par le chef de l'Etat, il n'y voit qu'un "enfumage"

Fabien Di Filippo, député (LR) de Moselle

La mobilisation sur le terrain, elle, ne faiblit pas. Le mouvement des gilets jaunes a d'ores se disent prêts à maintenir les blocages jusqu'à Noël