Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Gilets jaunes : le député insoumis de Gironde Loïc Prud'homme accuse la police de l'avoir "matraqué"

samedi 2 mars 2019 à 20:57 Par Olivier Uguen, France Bleu et France Bleu Gironde

Le député de La France Insoumise de Gironde Loïc Prud'homme a accusé samedi la police de l'avoir "matraqué" alors qu'il quittait la manifestation des "gilets jaunes" à Bordeaux. Le préfet de Nouvelle-Aquitaine a répondu que les forces de l'ordre avaient "correctement fait leur travail".

Gilets jaunes : le député insoumis de Gironde Loïc Prud'homme accuse la police de l'avoir matraqué
Gilets jaunes : le député insoumis de Gironde Loïc Prud'homme accuse la police de l'avoir matraqué - imprime écran Twitter

Dans un message vidéo publié en fin d'après-midi sur le réseau social Twitter, le député de la 3e circonscription de la Gironde, Loïc Prud’homme, qui manifestait avec les "gilets jaunes" à Bordeaux, raconte avoir été "matraqué" alors qu’il quittait le cortège.

Sur cette vidéo, le député montre son oreille gauche où l'on peut voir une tache de sang. "Je viens de me faire matraquer par les forces de l'ordre alors que je rentrais tranquillement récupérer mon vélo. Voilà le travail de la police, quand on se replie gentiment, qu'on est député de la République", explique-t-il. Dans un autre message, il dit son intention de faire "un signalement" à l'Inspection générale de la Police nationale (IGPN).

Le préfet de Nouvelle-Aquitaine Didier Lallement a rapidement réagi : les forces de l'ordre "ont correctement fait leur travail" lors d'une "manifestation non déclarée, sur un axe interdit par arrêté préfectoral et après sommations". "Je les soutiens totalement", écrit-il sur Twitter.

"Le matraquage sans sommation est donc une marque de conscience professionnelle ? Vos propos sont scandaleux M.Le Préfet ! J'étais à plusieurs centaines de mètres de Pey-Berland, cours Pasteur et je rejoignais tranquillement la Place de la Victoire avec un ami", lui a répondu le député.

"Et maintenant ils matraquent un député insoumis. Il faut arrêter cette dérive. Ce n’est plus la France ça", a réagi le leader de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon sur le réseau social.