Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Mouvement des "gilets jaunes"

Gilets jaunes : le mouvement reprend son souffle avant les manifestations samedi en Franche-Comté

-
Par , France Bleu Besançon

Septième journée de mobilisation pour les gilets jaunes en Franche-Comté. Ce vendredi plusieurs barrages filtrants ont été posés, reste à savoir quelle sera la mobilisation pour ce week-end. L'installation du mouvement dans la durée inquiète fortement les commerçants franc-comtois.

Vers une nouvelle flambée de la mobilisation des gilets jaunes ce week-end ?
Vers une nouvelle flambée de la mobilisation des gilets jaunes ce week-end ? © Radio France - Virginie Vandeville

Ils sont moins nombreux sur les ronds-points de Franche comté ces derniers jours. Mais ce vendredi matin les gilets jaunes ont tout de même installé plusieurs barrages filtrants à Ecole Valentin mais aussi du côté de l'Isle-sur-le-Doubs, à Autechaux sur l'A36 ou encore à Rochefort-sur-Nenon.  

La mobilisation devrait reprendre de plus belle ce samedi. Prévoyez notamment des barrages filtrants à Vesoul ou encore une opération péage gratuit sur l'A 36 à partir de 6h à Villars-sous-Ecot. 

"Nous ne sommes pas la bonne cible" - Cécile Girardet, présidente de l'Union des commerçants de Besançon

Un mouvement qui inquiète fortement les commerçants francs-comtois, sévèrement touchés le week-end dernier. Certains ont déploré des pertes atteignant les 50% de leur chiffre d'affaires. "Nous ne sommes pas la bonne cible", s'indigne ainsi Cécile Girardet présidente de l'Union des commerçants de Besançon. "C'est au gouvernement qu'il faut s'adresser, pas à la population en général et aux gens qui vous entourent", insiste la patronne de la Fabrique gourmande. "J'ai eu de mon côté une perte de 40% sur les deux jours, nous avons besoin de travailler. Sinon ce mouvement aura pour nous de lourdes conséquences".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess