Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Gilets jaunes : les lycéens de la MFR de Mandeure se joignent au mouvement

lundi 26 novembre 2018 à 17:21 - Mis à jour le mardi 27 novembre 2018 à 10:09 Par Mélanie Kuszelewicz, France Bleu Belfort-Montbéliard

Les jeunes aussi se mobilisent pour soutenir les gilets jaunes. À la Maison Rurale et Familiale de Mandeure, les lycéens de première et de seconde ont décidé de rater les cours pour manifester ce lundi 26 novembre.

Des lycéens de la MFR ont manifesté lundi 26 novembre pour soutenir les gilets jaunes.
Des lycéens de la MFR ont manifesté lundi 26 novembre pour soutenir les gilets jaunes. © Radio France - Mélanie Kuszelewicz

Mandeure, France

Dix-neuf lycéens de la Maison Familiale Rurale de Mandeure ont décidé de soutenir les gilets jaunes. Lundi 26 novembre, ils ont raté les cours pour aller manifester. Les parents et la directrice de la MFR ont été prévenus.  

Le rassemblement s'est fait devant l'établissement scolaire à 9 heures, puis ils se sont rendus dans les rues de Mandeure. Ils ont fini par s'arrêter dans le virage de Courcelles au bord de la route vers 11 heures. 

Lucas est à l'origine du mouvement : "Notre avenir est en jeu, pas celui de nos parents. Eux, leur avenir est déjà fait. On manifeste aussi pour les retraités qui ne peuvent pas se déplacer." Enzo ajoute : "On aura peut-être un métier mais _on aura pas assez pour vivre_".

Les gendarmes sont arrivés assez rapidement sur le lieu de rassemblement. Les lycéens se sont placés dans un virage  dangereux et la manifestation n'a pas été déclarée à la préfecture. Les parents ont été prévenus par les militaires et ils sont venus chercher leurs enfants, tous mineurs sauf une jeune fille âgée de 18 ans. 

Les jeunes sont retournés au lycée et ont suivi leurs cours normalement l'après-midi. Aucune procédure des gendarmes n'a suivie la manifestation des lycéens. Les forces de l'ordre leur ont simplement expliqué que leur emplacement était particulièrement accidentogène.