Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Gilets jaunes : les supermarchés connaissent leurs premières ruptures

-
Par , France Bleu Occitanie

Les gilets jaunes en sont à leur cinquième jour de mobilisation. Depuis le début de la semaine, ils ont bloqué plusieurs plateformes logistiques dédiées à l'approvisionnement des supermarchés. Plusieurs enseignes sont touchées et connaissent des ruptures de stock au sein de leurs rayons.

Une dizaine d'affiches de ce genre ont pris place sur les rayons de ce magasin à Castanet
Une dizaine d'affiches de ce genre ont pris place sur les rayons de ce magasin à Castanet © Radio France - Simon Cardona

Occitanie, France

Depuis le début de la semaine, les affiches signalant des ruptures de stock se multiplient dans les commerces d'Occitanie. Les "gilets jaunes" ont bloqué des plateformes logistiques qui fournissent plusieurs enseignes alimentaires de la région.

"Des ruptures temporaires pour l'instant"

Frédéric Jacquart, gérant d'un supermarché à Aucamville (Haute-Garonne), fixe l'écran de son ordinateur chaque matin à la recherche du mail de son enseigne. "Pour l'instant je n'ai aucune rupture de stock, seulement des petits retards de livraison. Mais si ça continue, ça va se compliquer en fin de semaine, surtout pour les produits frais."

Dans un supermarché du centre-ville de Castanet-Tolosan, c'est déjà la rupture de stock pour certains produits. Les panneaux d'excuse fleurissent dans des rayons de plus en plus vides. "J'ai remarqué les panneaux mais pour l'instant j'ai toujours trouvé ce que je voulais, affirme Eric, venu chercher son déjeuner. Je comprends le mouvement, donc on fait avec."

Plus facile à dire qu'à faire selon le responsable adjoint de ce commerce de proximité : "Dans la nuit, quelques camions ont pu s'échapper de la centrale. On a réussi à avoir de l'épicerie, mais toujours pas de produits frais. On verra bien."

Pour l'instant, ce sont les produits frais, l'épicerie et les fruits et légumes qui sont les plus touchés.