Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Économie – Social DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

69.000 "gilets jaunes" défilent partout en France avec des incidents dans plusieurs villes

samedi 26 janvier 2019 à 10:57 - Mis à jour le samedi 26 janvier 2019 à 19:21 Par Mikaël Roparz, France Bleu

L'acte 11 des "gilets jaunes" a donné lieu une nouvelle fois à des scènes de guérilla urbaine ce samedi. Des heurts ont notamment éclaté à Paris, Rennes et Evreux.

De nouveaux affrontements à Paris pour l'acte 11 des gilets jaunes
De nouveaux affrontements à Paris pour l'acte 11 des gilets jaunes © AFP - Alain JOCARD

Le ministère de l'Intérieur a fait les comptes : il y avait 69.000 manifestants samedi en France, dont 4.000 à Paris pour ce onzième samedi consécutif de manifestations, plus de deux mois après la première étincelle. 

À Paris, entre 2000 et 4000 personnes ont manifesté dans les différents cortèges. Les manifestants se sont élancés de plusieurs points, notamment de la place de l’Etoile.
Cinq cortèges distincts ont été déclarés dans la capitale. 

Des heurts à Paris pour l'acte 11 des "gilets jaunes" - AFP
Des heurts à Paris pour l'acte 11 des "gilets jaunes" © AFP - Christophe ARCHAMBAULT

Les “gilets jaunes” partis de l’arc de Triomphe sont passés par le quartier des ministères, où s’est tenu un débat impromptu, en pleine rue, entre la ministre des Outre-mer, Annick Girardin, et Etienne Chouard, promoteur du “référendum d’initiative citoyenne” que réclament de nombreux manifestants. La place de la Bastille, lieu de convergence des cortèges, a été plongée à plusieurs reprises dans des nuages de gaz lacrymogène .
 

Affrontements à Paris lors de la 11e journée de mobilisation des "gilets jaunes" - AFP
Affrontements à Paris lors de la 11e journée de mobilisation des "gilets jaunes" © AFP - Alain JOCARD

Une figure connue des "gilets jaunes", Jérôme Rodrigues a été blessé à un oeil par un projectile alors qu'il se trouvait face à des forces de l'ordre. Il a été hospitalisé. Pour éclaircir les circonstances de l'accident, la préfecture de police de Paris a décidé de saisir l’IGPN.

À Bordeaux environ 5.000 "gilets jaunes" ont manifesté pour l'acte 11 du mouvement. Une mobilisation toujours soutenue dans l'un des bastions de la protestation en France.

À Caen, les"gilets jaunes" étaient moins nombreux que les derniers week-end. Ils ont manifesté en musique samedi matin.

À Châteauroux, des "gilets jaunes" ont rejoint d'autres manifestants qui se mobilisent à  l'occasion des marches pour le climat organisées un peu partout en France ce 26 janvier.

À Châtellerault dans la Vienne, près de 1.000 manifestants ont défilé dans différents quartiers de la ville.
Des "gilets jaunes" ont même été jusqu'à marcher le long des voies de chemin de fer alors que des trains circulaient à pleine vitesse.

Mobilisation également Evreux ou près de 1 500 "gilets jaunes" se sont rassemblés devant l'hôtel de Ville. Des affrontements ont éclaté entre les forces de l'ordre et les manifestants. Des voitures ont brûlé.

Dans la Creuse, à Guéret, les "gilets jaunes" ont quand même décidé de se mobiliser malgré l'interdiction de la préfecture de la Creuse . Ils ont bloqué la RN145 dans les deux sens à hauteur de Guéret.

À Laval, plus d'une centaine de personnes se sont rassemblées en milieu d'après-midi. Les manifestants ont notamment de distribuer des tracts aux passants.

À Lille, environ 1.500 personnes (selon les estimations de la préfecture) ont défilé dans le centre-ville. Les manifestants ont rejoint en fin de parcours un autre cortège d'un millier de personnes, celui pour la marche pour le climat.

À Luçon en Vendée, la statue du cardinal Richelieu a été recouverte de tags et d'un gilet jaune dans la nuit de vendredi à samedi.

Au Mans, des heurts ont éclaté au Palais des Congrès où le maire Stéphane Le Foll présentait ses vœux.

Samedi matin, une cinquantaine de gilets jaunes avait investi l'hypermarché Carrefour sud.   

À Nancy, 200 "gilets jaunes" ont manifesté dans le centre ville.  

À Nantes, environ 2.000  "gilets jaunes" ont défilé dans les rues. Ils ont été rejoints par les syndicats CGT, FSU et Solidaires . Des heurts ont éclaté entre forces de l'ordre et manifestants. Selon la préfecture, "il y a eu de nombreux jets de projectile et même un cocktail Molotov" ."Les forces de l'ordre ont riposté avec des gaz lacrymogènes", précise la préfecture. Neuf personnes ont été interpellées.

À Nice, 200 "gilets jaunes" ont défilé dans le centre ville samedi matin.

À Pau, environ 300 manifestants se sont retrouvés dans les rues. Ils étaient 500 samedi dernier..

À  Quimper, 1.200 personnes ont défilé. 

À Rennes, les "gilets jaunes" ont envahi les voix à la gare SNCF pendant que d'autres ont monté des barricades. Des heurts ont éclaté notamment place du Parlement de Bretagne. 

À Toulouse, une réunion entre le maire et les gilets jaunes  est tombée à l'eau. Plusieurs milliers de "gilets jaunes" ont défilé dans le centre de la Ville rose. Une agence bancaire a été saccagée.
Le week-end dernier, quelque 10.000 personnes avaient manifesté, selon les chiffres de la préfecture, un record national.

À Tours, le cortège s'est élancé de la Place Jean Jaurès. Un appel à une Nuit debout des gilets jaunes a été lancée pour ce samedi soir.

Après les "gilets jaunes, les "foulards rouges"

Sur les réseaux sociaux, des "gilets jaunes" ont même appelé à une "nuit jaune" à Paris place de la République ce samedi.

La semaine dernière, l’acte 10 avait réuni 84.000 manifestants en France.

Dimanche, ce sont les "foulards rouges" qui manifesteront à Paris lors d'une "marche républicaine des libertés" pour faire entendre "la majorité silencieuse" et défendre "la démocratie et les institutions".