Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Gilets jaunes : qui sont les "leaders" dans la Vienne ?

lundi 26 novembre 2018 à 18:32 Par William Giraud et Rivière Isabelle, France Bleu Poitou

Gilbert, Alex ou encore "La Carotte". Finie la spontanéité des premiers jours. Le mouvement se structure plus ou moins à Poitiers et Châtellerault et dispose de représentants identifiés qui coordonnent les actions.

La page Facebook de "La Carotte".
La page Facebook de "La Carotte". - Capture d'écran

Poitiers, France

Difficile de "dénicher" les leaders du mouvement des Gilets jaunes dans la Vienne, Et pour cause, ce mouvement se veut différent des autres. L'idée c'est d'éviter de voir un "petit groupe" porter la parole de toute la masse. 

Pour autant, tenir des points de blocages pendant plusieurs jours nécessitent de l'organisation, et à cette position, certains se démarquent plus que d'autres. En prenant la parole lors des réunions "secrètes", en indiquant aux uns et aux autres sur quel point de barrage se rendre et à quel moment. A Poitiers sud, un retraité raccroche sur son portable : "les gars, apparemment faut qu'on aille à Poitiers Nord renforcer l'opération péage gratuit, ils ne sont pas assez nombreux". Dans le même temps, un kangoo vert arrive avec trois autres gilets jaunes pour relayer ceux qui sont là depuis longtemps. 

Pas de leaders à proprement parler donc, mais des personnalités "discrètes"qui coordonnent et définissent, avec la masse, la stratégie à suivre, jour après jour.

A Poitiers, il y a d'abord "La Carotte", un Poitevin d'une cinquantaine d'années, qui travaille dans le monde du handicap. Le fondateur du collectif "Ras-le-bol la carotte" compte plus de 1.200 abonnés sur Facebook, ce motard "apolitique" regroupe un maximum d'infos et les dispatche aux équipes sur le terrain. C'est une courroie de transmission. 

Scission entre deux groupes à Poitiers

Au rond-point d'Auchan-Sud, il y a aussi Alex. Sur le terrain, les gilets jaunes que nous avons rencontrés, le décrivent comme, un grand gaillard qui porte un bandana noir. D'après plusieurs sources, il serait proche des milieux d'extrême-droite. C'est pour éviter toute récupération politique, que l'autre groupe de Gilets jaunes a pris ses distances.

Finies les réunions dans un bar de la ville, suite à "des incidents répétés avec des proches du rassemblement national". Décision d'une partie des Gilets jaunes. Il y a désormais deux camps de Gilets jaunes à Poitiers sud. 

Selon nos informations,  l'acte trois de la mobilisation se prépare avec un déplacement sur Paris le week-end prochain.

Gilbert, pilier de la Main-Jaune

A Châtellerault, il y a Gilbert, retraité de Thuré, motard lui aussi. La limitation à 80 km/h, il était contre. La nouvelle taxation du carburant aussi. On lui doit l'occupation depuis plus d'une semaine du rond-point de la Main-Jaune. En dix jours, il est parvenu à fédérer les énergies, le tout dans une ambiance bon enfant. Même si des éléments isolés échappent parfois à son contrôle.

Tous attendent avec détermination les annonces d’Emmanuel Macron ce mardi. Et préviennent : « l’élan né en novembre 2018 se prolongera, quelle que soit l’attitude du gouvernement ».