Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Gilets jaunes : un peu plus de 150 manifestants défilent à Buzançais pour l'acte XV de la mobilisation

-
Par , France Bleu Berry

Ce samedi 23 février est le quinzième samedi de mobilisation des gilets jaunes. Dans l'Indre, ils étaient un peu plus de 150 à manifester dans les rues de Buzançais. Ils ont défilé dans la bonne humeur et de cette façon, ils espèrent donner un second souffle à la mobilisation.

Mannequin d'Emmanuel Macron et stand pour la concertation nationale citoyenne ont été installés place De Gaulle à Buzançais.
Mannequin d'Emmanuel Macron et stand pour la concertation nationale citoyenne ont été installés place De Gaulle à Buzançais. © Radio France - Aurore Richard

Les gilets se sont à nouveau mobilisés pour cet épisode 15, ce samedi 23 février. Ils étaient 46.600 à manifester dans toute la France, contre 41.000 samedi 16 février dernier. Dans le Berry, quelques dizaines de gilets jaunes se sont réunis place Séraucourt, à Bourges dans le Cher. 

Dans le département de l'Indre, ils étaient une vingtaine samedi matin à Chabris, sur le rond-point de la commune, à distribuer des fleurs. L'après-midi, 150 gilets jaunes ont manifesté à Buzançais. Un rendez-vous qui s'est déroulé dans une ambiance bon enfant. Les manifestants veulent retrouver le soutien de la population.

Ils se sont donc donné rendez-vous à 13 heures ce samedi, place De Gaulle à Buzançais et ils sont partis vers 14h30. Un camion et une sono ont ouvert la marche. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Les gilets jaunes se sont arrêtés quelques minutes au magasin Carrefour, ils sont restés dans le hall d'entrée. Ils ne sont pas rentrés dans le magasin en lui-même pour ne pas perturber les clients. Ils ont entonné la Marseillaise dans ce lieu qui n'a pas été choisi au hasard. "Les prix augmentent sur les produits de première nécessité, sur les pâtes, le riz. Les actionnaires s'en mettent plein les poches et nous, on doit payer. Il en est hors de question !", explique Adès, gilet jaune du Blanc. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Le cortège est reparti comme il est arrivé : en musique ! Le bruit fait même sortir les habitants de chez eux. Ils se postent devant leurs portes et tout sourire, ils saluent le cortège de la main.

Après Buzançais ce 23 février, les gilets jaunes de l'Indre prévoient de se rendre à Châtellerault, dans la Vienne, le 2 mars prochain.
Après Buzançais ce 23 février, les gilets jaunes de l'Indre prévoient de se rendre à Châtellerault, dans la Vienne, le 2 mars prochain. © Radio France - Aurore Richard

Les manifestants ont même planté des ballons jaunes sur le rond-point Intermarché, où la mobilisation a commencé en novembre dernier. Cette action est elle aussi destinée à montrer le pacifisme des gilets jaunes et à obtenir plus de soutien. "On est vus comme des gens alcooliques. Certains, dans mon usine, disent qu'on est des cas sociaux. On est catalogués comme racistes, homophobes alors que pas du tout ! On a donc envie de montrer la véritable image des gilets jaunes", souligne Laëtitia, gilet jaune de Buzançais. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess