Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Gironde : comment limiter les rave party ?

Par

Les festivals de l'été ont été annulés, les boîtes de nuit demeurent fermées... En Gironde, l'une des répercussions de la crise sanitaire c'est la multiplication des rave party en forêt depuis un mois. La préfecture, les forces de l'ordre et les élus concernés tentent de limiter ces fêtes sauvages.

Depuis la fin juin en Gironde, il y a une rave party presque tous les weekends. Depuis la fin juin en Gironde, il y a une rave party presque tous les weekends.
Depuis la fin juin en Gironde, il y a une rave party presque tous les weekends. © Maxppp - Gonzales Photo/Flemming Bo Jense

A cause de l'épidémie de coronavirus, il n'y a pas de festivals de musique et les boîtes de nuit affichent toujours portes closes. Conséquence depuis un mois en Gironde, les rave party se multiplient. Ces fêtes sauvages de musique électronique organisées en pleine nature dans des champs ou des forêts. La Préfecture en dénombre quasiment une tous les weekends depuis la fin juin. Dernières en date et qui ont fait parler d'elles : à Salles dans la nuit de samedi à dimanche 5 juillet et dans la forêt de Cazaux à La Teste-de-Buch au Nord du Bassin d'Arachon le weekend du 12 juillet. Une fête qui a rassemblé 2.500 "teufeurs".

Publicité
Logo France Bleu

Saisir le système son, "c'est souvent dissuasif !"

L'enjeu est de désamorcer ces fêtes illégales avant qu'elles n'aient lieu pour la sous-préfète de la Gironde, Angélique Rocher Bedjoudjou. Et puisqu'elles sont souvent organisées dans des forêts : "La préfète a demandé la multiplication des patrouilles de police et de gendarmerie sur les chemins qui sont souvent empruntés par les organisateurs de ces rassemblements et il y a une veille sur les réseaux sociaux." La sous-préfète ajoute que le fait de circuler sur ces chemins forestiers de type pistes DFCI est interdit en période estivale à cause du risque incendie et "passible d'amende".  

La saisie de la sono des fêtards est également un enjeu important selon la sous-préfète. "C'est souvent un instrument dissuasif !"

Des fêtes illégales en forêt, difficile à contrer 

Sauf qu'il est difficile d'obtenir les informations sur l'organisation d'une rave party avant que celle-ci n'ait lieu, explique le maire de La Teste, la commune où se sont rassemblés les 2500 "teufeurs". Même constat pour ce qui est de saisir le système son, ajoute Patrick Davet "les organisateurs répartissent leur matériel sur plusieurs véhicules donc même si on en saisit un, il y en a d'autres ailleurs !". La meilleure solution pour le maire reste encore de bloquer l'accès au terrain sur lequel les fêtards veulent s'installer. "Nous il n'y a qu'une seule route DFCI pour aller dans cette forêt ! [...] En barrant l'accès on pourra les empêcher de rentrer." 

Patrick Davet prévoit donc d'installer une barrière assez solide, avec un code" sur le chemin emprunté par les quelques 200 véhicules le weekend du 12 juillet. "On va se donner les moyens pour que ce type d'événement n'arrive plus !" lance le maire.  

Le maire de La Teste se réunira mardi prochain avec les acteurs concernés, la sous-préfète du bassin d'Arcachon, les pompiers, les policiers et les responsables du massif forestier pour acter l'installation de la barrière sur le chemin emprunté par les "teufeurs". Il espère qu'elle sera en place "dans les 15 prochains jours".  

Ma France : Mieux vivre

Hausse généralisée du coût de la vie, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent ainsi une nouvelle consultation citoyenne intitulée “Mieux vivre”. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres.

Publicité
Logo France Bleu