Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Gironde : Ford accorde un court délai au repreneur pour présenter une offre "révisée"

vendredi 23 novembre 2018 à 18:48 Par Camille Huppenoire et Guillaume Drechsler, France Bleu Gironde et France Bleu

Après avoir demandé à Punch Powerglide, candidat à la reprise de l'usine de Blanquefort, de lui fournir une offre "révisée" pour ce vendredi, Ford a finalement rallongé ce délai de deux jours, jusqu'à ce dimanche soir. Les employés manifestent ce samedi.

Le 25 octobre, plus de 300 personnes avaient manifesté, à Bordeaux, pour le maintien des emplois à Ford Blanquefort.
Le 25 octobre, plus de 300 personnes avaient manifesté, à Bordeaux, pour le maintien des emplois à Ford Blanquefort. © Radio France - Camille Huppenoire

Blanquefort, France

Ford avait mis la pression à Punch Powerglide, société candidate à la reprise de son usine de Blanquefort (Gironde), menacée de fermeture. Seul repreneur en lice, Punch avait formulé un plan de reprise qui n'avait pas satisfait le constructeur automobile. Ford, qui doit présenter ce plan de reprise au Comité d'entreprise le 28 novembre, avait demandé à Punch de revoir sa copie et de formuler une offre "révisée" ce vendredi. Un délai supplémentaire de deux jours, jusqu'à dimanche soir, est finalement accordé à la société belge. Lundi, la Secrétaire d'État auprès du ministre de l'Économie et des Finances, Agnès Pannier-Runacher, viendra s'asseoir à la table des négociations.

Les syndicats ne veulent pas d'une baisse de 14% des salaires

Les discussions de cette semaine n'ont toujours pas abouti à un accord entre le potentiel repreneur Punch, le vendeur Ford, les syndicats et les représentants de l'Etat.  Les points de désaccord se situent toujours autour des conditions de reprise. L'industriel belge accepte de reprendre 400 des 830 salariés, à condition de baisser les salaires de 14%, pour les aligner sur ceux des ouvriers de l'usine de Strasbourg. Les syndicats ne veulent pas aller au-delà de 6,5% de baisse. Les syndicats ont appelé les employés de Ford à manifester ce samedi : le cortège s'élancera de l'usine à 10h, pour rejoindre la mairie de Blanquefort.

Philippe Poutou espère une convergence entre la manifestation des employés de Ford et celle des 'gilets jaunes'.

"On se considère gilets rouges" lance Philippe Poutou dans un sourire, après la réunion entre l'intersyndicale de l'usine Ford et les services de l'Etat, dont le délégué interministériel aux restructurations d'entreprises, Jean-Pierre Floris. Élu CGT du site de Blanquefort, Philippe Poutou est solidaire des gilets jaunes et de leur manifestation ce samedi, même si celle-ci aura lieu en même temps que le rassemblement des employés de Ford. 

Philippe Poutou - "Si les gilets jaunes viennent, tant mieux, ça fera plus de monde"