Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Gironde : le port d'Arcachon veut faire la chasse aux "bateaux ventouses"

jeudi 12 avril 2018 à 21:12 Par Jules Brelaz, France Bleu Gironde

Alors que s'ouvre vendredi le Salon Nautique d'Arcachon (13-16 avril), le deuxième port de plaisance de la façade atlantique semble victime de son succès. Certains propriétaires de bateaux attendent parfois 34 ans pour une place dans le port !

Le port d'Arcachon
Le port d'Arcachon © AFP - Philippe Roy / Aurimages

Arcachon, France

Avoir un bateau, c'est souvent un rêve de gosse. Un rêve qui se transforme parfois en cauchemar lorsqu'il s'agit d'obtenir une place dans un port. Françoise et Patrice peuvent en témoigner. Ce couple de retraités girondins installé sur le Bassin d'Arcachon est l'heureux propriétaire d'un petit bateau à moteur "Exo7". Et quand les deux amoureux veulent prendre la mer, ils doivent d'abord prendre... la route. Leur bateau est en effet stocké à Gradignan, près de Bordeaux.

On a fait une demande pour une place il y a vingt ans, mais on a arrêté, c'est désespérant, car chaque année, il faut payer une cotisation, des frais de dossier pour être sûr qu'on soit prioritaires par rapport aux autres demandes.

Communs à tous les ports français, les frais de dossiers sont en réalité des frais d'enregistrements qui s'élèvent à Arcachon à 17 euros par an. Quant au prix d'une place de bateau, il s'échelonne de 1.000 à 3.000 euros / an en fonction de l'emplacement (port de pêche ou port de plaisance) et surtout de la taille du bateau.

Jusqu'à 34 ans d'attente ! 

Avec ses 2.700 anneaux, le port d'Arcachon est le deuxième port de plaisance de la façade atlantique derrière celui de Brest. Victime de son succès, il faut attendre entre 25 et 30 ans pour espérer y amarrer  son bateau. La plupart des places se transmettent aujourd'hui par héritage. Bruno Berlier est enseignant au lycée des Métiers de la Mer de Gujan-Mestras et membre de l'association nationale La Flotte :

C'est compliqué effectivement pour avoir des places sur Arcachon, surtout qu'il y a des bateaux qui restent sur place et qui ne bougent pas parce que les propriétaires craignent qu'en sortant ils perdent leur place.

Comme le dit le dicton, "un port de plaisance est un lieu où les navigateurs qui ne prennent pas la mer rencontrent des vacanciers qui n'ont pas de bateau"...

Plus un bateau sort, moins la place serait chère et inversement

"Un bateau qui ne sort qu'une fois dans l'année, ce n'est pas un bateau qui fait vivre le commerce local", regrette Alain Vivien. Le nouveau directeur général du port d'Arcachon souhaite "avoir une gestion de stock pour ces bateaux qui ne tournent pas".

Ça veut dire, re-réfléchir les règlements intérieurs et que celui qui sort beaucoup son bateau, il doit payer un peu moins et celui qui sort moins, il doit payer un peu plus.

Pour palier le manque de places, le port d'Arcachon propose un port à sec, avec des bateaux stockés sur des racks. Les afficionados du ponton resteront sur leur faim, reconnaît Alain Vivien, directeur également du Salon Nautique d'Arcachon.