Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : Le combat des salariés de GM&S Industry pour sauver leurs emplois en Creuse

GM&S : quoi qu'il arrive, ce sera une "catastrophe industrielle, économique et humaine" pour l'avocat des salariés

jeudi 7 septembre 2017 à 10:57 Par Fabienne Joigneault, France Bleu Creuse et France Bleu Limousin

Maître Jean-Louis Borie accompagne les salariés de GM&S depuis de nombreux mois. Il salue leur lutte collective et ce qu'elle a permis d'obtenir des constructeurs auto, mais estime que le projet de reprise, est encore insuffisant. Il était l'invité de France Bleu Limousin à 8h15.

Me Jean-Louis Borie défend le comité d'entreprise de GM & S depuis 2014
Me Jean-Louis Borie défend le comité d'entreprise de GM & S depuis 2014 © Maxppp - Mathieu Tijeras

La Souterraine, France

Après des mois d'attente, les salariés de GMetS à la Souterraine vont être fixés ce jeudi. Le tribunal de commerce de Poitiers va se prononcer sur l'offre de reprise du groupe GMD qui ne prévoit de garder que 120 des 277 salariés. Quelle que soit l'issue, ce sera un gâchis, estime l'avocat des salariés, Maître Jean-Louis Borie. Il était en direct sur France Bleu Limousin à 8h15, avec Régis Hervé.

Reprise par GMD ou liquidation du site de la Souterraine. Pour vous, c'est la 1ère hypothèse qui va l'emporter ?

Il n'y a pas d'alternative. Dans le contexte de ce dossier, la reprise est certaine. Mais même cette hypothèse est une catastrophe à la fois industrielle, économique et humaine !

C'est l'épilogue, ou le début d'un autre combat ?

J'ai toujours dit que ce serait peut-être l'épilogue judiciaire, mais un épisode seulement du combat des GM & S. D'ailleurs, les actions des derniers jours montrent que les salariés ne sont pas prêts à baisser les bras, tant qu'il n'y aura pas au minimum une indemnisation de ceux qui resteront sur le carreau et aussi une augmentation du nombre de postes repris. Puisque l'offre industrielle de GMD n'est pas satisfaisante en elle-même (ce serait long à développer) mais y compris par rapport au volume de marché obtenu de Peugeot et Renault grâce au combat des salariés, ça démarre avec une effectif insuffisant. A tout le moins, 160 permettrait de faire face au chiffre d'affaires prévu.

Les salariés vous les connaissez bien, vous les appelez les "guerriers"...

Oui, c'est vrai, et en tout cas, ce sont des gens qui ne se laisseront pas faire sans réagir. Ils sont déterminés, il y a un noyau important en tout cas de salariés qui sont décidés. Parce que quel est le débat aujourd'hui ? C'est que les constructeurs auto mènent la danse. Ils décident de tout. Même M. Martineau (NDLR : le patron de GMD) le dit : il devance les désirs de ses clients. Mais ça s'appelle aussi des donneurs d'ordres...

"La lutte collective évite les psychotropes !

Des mois de lutte, d'espoirs, de désillusions, ça laisse des traces. Est-ce qu'il n'y a pas ensuite un risque de grand vide et de grande détresse ?

On sait qu'il y a des risques qu'on appelle psycho-sociaux, qui sont réels. Mais le fait pour les salariés de s'être battus jusqu'à présent, ça évite ça. Moi je dis souvent que la lutte collective évite les psychotropes.

Ce combat, c'est aussi le vôtre ?

Moi j'ai toujours été engagé aux côtés des gens que je défendais. Mais en plus, quand ce sont des gens qui vont au front, au combat, ça motive encore plus pour être à leurs côtés.