Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : General Electric dans le Territoire de Belfort

Grand Belfort : Damien Meslot fait annuler une location de salle faite par General Electric pour lancer le plan social

Le président du Grand Belfort Damien Meslot a fait annuler une location de salle qui avait été réservée pour vendredi à la Jonxion par General Electric. "Il n'y aura aucune location de salle à General Electric pour mettre en oeuvre le plan social que nous combattons", prévient-il.

Damien Meslot lors de son élection en 2014.
Damien Meslot lors de son élection en 2014. © Maxppp - Maxppp

Belfort, France

Damien Meslot, le maire de Belfort et président du Grand Belfort, fait savoir ce mardi qu'il a fait annuler la location d'une salle qui avait été faite par General Electric pour vendredi sur la ZAC de la Jonxion, près de Belfort. La prochaine réunion d'information sur le plan social, qui avait été annulée lundi après le blocage des salariés, devait finalement avoir lieu ce vendredi 21 juin, dans un lieu extérieur au site GE de Belfort, mais l'endroit précis n'avait pas été communiqué.

Les élus de Belfort ne souhaitent pas se rendre complices ou soutenir ce plan social"

"Je viens d'apprendre que General Electric souhaitait louer des salles à la Jonxion, la Jonxion qui appartient à Alliance Développement, une des filiales de Tandem dont je suis le président, pour lancer le plan social que nous combattons (...) en aucun cas, les élus de la ville de Belfort et moi-même, ne souhaitons nous rendre complices ou soutenir ce plan social", a déclaré Damien Meslot, alors qu'une grande manifestation de soutien aux salariés de GE est annoncée pour samedi prochain, le 22 juin, à l'appel des élus et de l'intersyndicale.

"On ne peut pas d'un côté appeler à une manifestation contre le plan social et de l'autre mettre des salles à disposition de la direction"

"Donc nous avons fait annuler ces réservations, et nous ne louerons aucune salle qui appartienne à la ville, au Grand Belfort, ou aux sociétés d'économie mixte où nous avons une participation, car nous ne souhaitons pas la mise en oeuvre de ce plan social", explique le maire. "On ne peut pas, d'un côté, appeler à une manifestation et de l'autre, mettre des salles à disposition de la direction pour lancer le plan social".

Lancement du plan social vendredi "quoi qu'il arrive" (la direction)

"A charge, désormais, à la direction de General Electric de trouver une autre salle", a réagi de son côté une source syndicale. "Mais à quoi bon vouloir délocaliser la réunion sachant que, de toute façon, la direction nous dit que le processus serait lancé quoi qu'il en soit vendredi, qu'on bloque les lieux ou qu'on boycotte la réunion", s'est étonnée cette même source. Dans un courrier interne, que nous avons pu consulter, la direction de General Electric explique en effet que la date choisie pour la nouvelle réunion (vendredi 21 juin), marquerait "quoi qu'il arrive le début de la consultation".

Réunion des élus locaux le même jour à Paris

Le jour de la réunion, vendredi prochain, les élus locaux (Damien Meslot, maire de Belfort, Marie-Guite Dufay, présidente de Région, ainsi que Dominique Balduini, le président de la Vallée de l'énergie) ont rendez-vous à 10h à Paris pour rencontrer Guy Maugis, président du comité de pilotage "du dispositif de soutien aux projets de développement industriel constitué par General Electric".

Objectif de cette réunion : mettre en place le fonds de 50 millions d'euros (qui correspond à l'amende que GE avait payée pour ne pas avoir créé les 1.000 emplois promis) et faire en sorte que "ce fonds soit intégralement dirigé vers Belfort pour la réindustrialisation de Belfort et en particulier au site de General Electric", indiquent les élus.