Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Grand Belfort : des centaines d'agents mobilisés contre le projet d'externalisation du COS

- Mis à jour le -
Par , , , France Bleu Belfort-Montbéliard

900 agents étaient réunis devant la mairie de Belfort ce lundi pour protester contre le projet de d'externalisation de la gestion du COS, le comité des œuvres sociales de l'agglomération du Grand Belfort, l'équivalent du comité d'entreprise.

Près de 900 agents se sont mobilisés selon la police.
Près de 900 agents se sont mobilisés selon la police. © Radio France - Mado Oblin

Forte mobilisation des agents du Grand Belfort ce lundi matin. Près de 900 personnes, selon la police, étaient mobilisées en milieu de matinée, Place d'Armes à Belfort, devant la mairie. Ces agents en grève protestent contre le changement de prestataire annoncé par le maire de Belfort et président de l'agglomération, Damien Meslot, à la tête du comité des œuvres sociales (COS), l'équivalent du comité d'entreprise dans le privé.

Comité technique reporté

Cette mobilisation intervient le jour où le comité technique devait se réunir pour entériner la décision. Les organisations syndicales ayant décidé de boycotter la réunion, le comité technique a été reporté à une date ultérieure.

À midi, l'intersyndicale annonçait son intention de poursuivre le mouvement. La CGT et la CFDT annoncent une nouvelle mobilisation jeudi prochain, 1er octobre, à 18h, Place d'Armes, avant le Conseil Municipal.

Selon Damien Meslot, le nouveau prestataire permettrait de faire des économies de l'ordre de 550.000 euros. Pour la CGT, il y aurait moins d'avantages pour les salariés. 

A midi, les syndicats annonçaient leur intention de poursuivre le mouvement.
A midi, les syndicats annonçaient leur intention de poursuivre le mouvement. © Radio France - Mado Oblin

Un bras-de-fer entre le maire et les manifestants

Les manifestants protestent aussi contre la disparition de plusieurs primes, comme les primes de retraite, de fin d'année et de plusieurs jours de congés. "Damien Meslot passe en force, il oublie la colère des manifestants et remet en cause 40 ans d'acquis sociaux", déplore Rachid Dormane, secrétaire général CFDT - Interco 90. "Imaginez, pour un agent qui a fait 40 ans de carrière à la ville de Belfort, il va perdre entre 8.000 et 10.000 euros !

Selon le maire, Damien Meslot, la suppression de ces avantages est une obligation légale : "La Chambre Régionale des Comptes est venue faire un audit des comptes de la Ville et du Grand Belfort. Elle nous a indiqué qu’il y avait _un certain nombre de points qui étaient illégaux_. Il y a 21 jours de congés qui sont indus aux agents et ensuite un certain nombre de primes qui sont illégales", se justifie-t-il.

Le Président du Grand Belfort précise aussi que, s’il ne supprime pas ces avantages, "la trésorerie a indiqué qu'elle ne les paierait plus". D'après lui, il n'y a donc pas "matière à négociation". 

Des perturbations dans les écoles

En raison de ce mouvement de grève, plusieurs services du Grand Belfort étaient perturbés ce lundi matin, comme le périscolaire et la restauration, par exemple dans les écoles Châteaudun, Heidet, Kergomard ou Pergaud. Les accueils petite-enfance Voltaire et Belfort Nord vont rester fermés toute la journée.

Le ramassage des ordures ménagères n'a pas pu être assuré non plus à Evette-Salbert, Essert et Valdoie. Retrouvez le détail des perturbations dans le document PDF ci-dessous.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess