Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Grand débat national : les Mayennais n'accusent pas (tous) réception de la lettre d'Emmanuel Macron

lundi 14 janvier 2019 à 16:46 Par Martin Cotta, France Bleu Mayenne

Emmanuel Macron vient d'adresser en ce début de semaine une lettre aux Français pour préciser les contours du Grand débat national qui doit commencer mardi. France Bleu Mayenne a donc lu cette lettre avec des citoyens, Gilets Jaunes ou non.

La lettre aux Français d'Emmanuel Macron
La lettre aux Français d'Emmanuel Macron © Maxppp - Alexandre MARCHI

Saint-Berthevin, France

Si le Président de la République présentera les modalités du Grand débat national devant 700 maires de Normandie, ce mardi dans l'Eure, beaucoup de citoyens en Mayenne restent perplexes sur son efficacité et sa finalité. La lettre adressée aux Français ce lundi, dans laquelle Emmanuel Macron a listé une trentaine de questions, ne fait pas l'unanimité dans le département. France Bleu Mayenne a donc rencontré des habitants de la commune de Saint-Berthevin, un des bastions des Gilets Jaunes en Mayenne mais aussi des chauffeurs routiers qui ont participé au mouvement depuis le mois de novembre. 

- Faut-il, et dans quelles proportions, limiter le nombre de parlementaires ou autres catégories d'élus ? 

"Il y a beaucoup de trop députés en France. Et ils sont où ? Ils font quoi ? Je veux bien croire qu'ils sont dans leurs circonscriptions mais la moitié du temps ils sont absents. En avoir 300 (contre 577 aujourd'hui, ndlr) ce serait raisonnable. Aux États-Unis il y a combien de millions d'habitants par rapport à nous ? Les Américains ont trois fois moins de députés ou de sénateurs que nous ! Je ne suis pas expert de la politique mais on voit bien qu'en France, il y quelque chose qui ne va pas" - Hervé, chauffeur routier de 58 ans. 

- Quels impôts faut-il à vos yeux baisser en priorité ? 

" Déjà il faut réduire toutes les taxes et les coûts au niveau alimentaire. Avant moi quand je faisais des courses, j'en avais pour 90€, maintenant j'en ai pour 150€ et le volume de mon caddie n'a pas augmenté. Je ne travaille pas pour des cacahuètes quand même. 

"Il faut faire payer ceux qui ont les moyens, les faire participer à l'effort pour que cela soit plus juste pour tout le monde" - Mohammed, 72 ans.

- Faut-il supprimer certains services publics qui seraient dépassés ou trop cher par rapport à leur utilité ? 

"Les services publics sont très importants. Aujourd'hui on enlève tout ! Les gens sont obligés de faire des kilomètres et des kilomètres pour acheter des timbres, aller à l'hôpital etc" - René, Berthevinois de 59 ans.

"Au niveau des départements il y a des postes qui ne servent à rien, où les gars sont payés pour ne rien faire. Les pompiers sont nécessaires, les infirmières sont indispensables mais pas forcément tous les postes administratifs."

À LIRE ÉGALEMENT ►► Grand débat national : à quoi ça va ressembler en Mayenne ?

Le texte du Président de la République reste lettre morte pour certains citoyens très pessimiste pour l'avenir. Dans les communes qui ont mis à disposition des cahiers de doléances on ne se presse pas (Laval, Grez-en-Bouère par exemple). Pour l'instant une seule commune de la Mayenne a annoncé l'organisation d'un débat citoyen : La Bazoge-Montpinçon (le mercredi 23 janvier à 20h dans la salle communale). En Mayenne, le référent départemental du Grand débat doit être annoncé dans les prochaines heures par la Préfecture. D'après nos informations, cette personne ne sera pas issue directement de la société civile mais des services de l'État (Sous-Préfet ou directeur de service)