Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

La ville de Grande-Synthe lance le minimum social garanti pour ses habitants les plus pauvres

lundi 25 février 2019 à 4:28 - Mis à jour le lundi 25 février 2019 à 11:25 Par Matthieu Darriet, France Bleu Nord et France Bleu

Sans attendre la mise en place d’un éventuel revenu de base, annoncé par l’Etat, le maire écologiste de Grande-Synthe Damien Carême va faire voter le minimum social garanti, en conseil municipal, en mars. Il s’agit de donner un coup de pouce aux habitants qui vivent en dessous du seuil de pauvreté.

Damien Carême, le maire écologiste de Grande-Synthe, propose un complément de revenus pour les 1.500 personnes de sa commune qui vivent en dessous du seuil de pauvreté.
Damien Carême, le maire écologiste de Grande-Synthe, propose un complément de revenus pour les 1.500 personnes de sa commune qui vivent en dessous du seuil de pauvreté. © Radio France - Matthieu Darriet

Grande-Synthe, France

Le dispositif a déjà existé, dans les années 80, à Grande-Synthe, près de Dunkerque. Aujourd’hui, Damien Carême le relance, en partant du constat que plus 17,6% de sa population vit en dessous de 855 euros par mois. Une somme qui est considérée comme le minimum vital. 

Financé par des économies d'énergie

La mesure va coûter plus de 2 millions d’euros par an, mais c’est finançable assure le maire écologiste de la ville : "L'argent provient des économies d'énergie réalisées par la ville, c'est donc de la transition sociale et écologique. Sur l'éclairage public, c'est 476.000 euros, sur le réseau de chauffage urbain, c'est 250.000 euros. Et avec les revenus de la taxe professionnelle, c'est de la redistribution des richesses."

100 à 400 euros par mois

La mesure va concerner tous ceux qui sont en dessous du seuil de pauvreté, qui bénéficient déjà des minimas sociaux ou qui sont des travailleurs pauvres. En fonction des situations de chacun, ce minimum social pourra représenter de 100 à 400 euros de complément de revenus par mois. 1.500 personnes seraient concernées. 

  - Aucun(e)
-