Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie - Social

Grenoble : ils récupèrent de la viande avant qu'elle ne soit jetée et la cuisinent pour les plus démunis

-
Par , France Bleu Isère, France Bleu
Grenoble, France

Bernard Perry, président de la Banque alimentaire de l'Isère et le restaurateur grenoblois Pierre Pavy (“Le 5”) se sont associés pour mener à bien un projet qu'ils avaient en tête depuis plus de deux ans. Chaque jour, ils vont sauver de la benne de la viande dans les supermarchés et la cuisiner.

L'équipe de cuisiniers avec Pierre Pavy et Bernard Perry.
L'équipe de cuisiniers avec Pierre Pavy et Bernard Perry. © Radio France - Xavier Demagny

Une tonne de viande. C'est ce qui est jeté, en une journée, dans l'agglomération grenobloise, selon la Banque alimentaire de l'Isère et le restaurateur Pierre Pavy.  

Cette initiative unique, “Trois étoiles solidaire” va donc tenter d'enrayer ce gâchis. Et de récupérer, jusqu'à 200 kg par jour dans les grandes surfaces de l'agglomération. L'objectif c'est de cuisiner cette viande et de redistribuer aux associations d'aides aux plus démunis. Étant donné qu'elle périme le jour même ou le lendemain, elle devient à nouveau consommable pendant 5 jours, après être préparée. 

Objectif 1200 repas par jour 

Pour le premier jour, ce lundi 5 octobre, 300 repas ont été réalisés avec 90 kg de viande : un lapin chasseur, un poulet marengo, un sauté de boeuf aux champignons. Une première réussite parce l'objectif du démarrage était de transformer seulement 50 kg. Au plus fort, l'objectif est de produire plus de 1200 repas quotidiens.

REPORTAGE | Dans les coulisses de la cuisine "Trois Etoiles Solidaire"

La préparation se fait dans les cuisines du collège Marc Sangnier de Seyssins. Chaque jour ce seront des bénévoles  qui seront aux fourneaux, une demi-douzaine. Il y aura aussi des étu Avec cet objectif : donner une seconde vie à ces produits destinés à la poubelle. C'est le conseil départemental qui a proposé ces locaux. Une aubaine, car il manquait un lieu pour cuisiner. 

Le chef cuisinier Christian Chedru aux manettes. - Radio France
Le chef cuisinier Christian Chedru aux manettes. © Radio France - Xavier Demagny

Le défi, c'est de trouver "la" bonne recette, chaque jour. Parce que les produits arrivent tard dans la journée. "C'est vers 12h30, et on a un quart d'heure pour se dire ce qui va avec quoi. C'est la surprise du chef, du coup !", explique Christian Chedru, qui dirige la cuisine. Un homme d'expérience puisqu'il a longtemps été aux manettes de la restauration de la Ville de Grenoble. 

“Arrêtons d'avoir faim, arrêtons de jeter !”

– Pierre Pavy, restaurateur grenoblois  

A Grenoble, Pierre Pavy est connu pour ses actions solidaires. Après avoir invité des SDF à un repas dans son restaurant, le voilà, aux côtés de Bernard Perry de la Banque Alimentaire de l'Isère, sur les rails pour ce nouveau projet. ”Le sauté avec des champignons frais, tout ça partait à la poubelle. Arrêtons d'avoir faim ! Arrêtons de jeter !”, s'exclame-t-il. 

Pierre Pavy : "J'ai essayé tout seul, mais c'était trop compliqué”

J'avais pensé que je pouvais faire quelque chose, cuisiner ce que je trouve, et le donner. Mais c'est très compliqué. Il faut mettre en place des normes de salubrité. Là j'ai rencontré des gens hyper compétents”, explique Pierre Pavy. 

Mais cette opération à quand même un coût. Il faut payer les fluides, l'électricité, les consommables (barquettes, produits) mais aussi rémunérer un chef. Dans ses restaurants à Grenoble, Pierre Pavy a donc décidé de faire contribuer ses clients à hauteur d'un euro par personne. Un crowdfunding doit aussi être organisé avec des partenaires. La Ville de Grenoble va participer également, tout comme l'ADEME. Le conseil départemental contribue aussi par le prêt des locaux. 

“On va récupérer pratiquement 15 000 euros par an”

Cette initiative unique intéresse déjà d'autres villes. Le Havre et Caen se sont déjà renseignées.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu