Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Grenoble : nouvelle audience au tribunal de commerce autour du sort de l'entreprise Sintertech

-
Par , France Bleu Isère, France Bleu Béarn

Les salariés de Sintertech sont toujours dans le flou. Mercredi, le tribunal de commerce de Grenoble a examiné deux offres de reprise de l'entreprise placée en redressement judiciaire. Ce fabricant de poudre métallique emploie 286 personnes à Pont de Claix, Veurey et Oloron-Sainte-Marie.

L'entreprise Sintertech emploie 286 personnes dont 210 en Isère  à Veurey et Pont-de-Claix.
L'entreprise Sintertech emploie 286 personnes dont 210 en Isère à Veurey et Pont-de-Claix. © Radio France - Olivia Chandioux

Grenoble, France

Une nouvelle audience, mercredi 17 juillet, devant le tribunal de commerce de Grenoble dans le cadre du redressement judiciaire de Sintertech. L'entreprise produit des poudres pour la métallurgie de l'automobile et surtout diesel. Elle est notamment victime du dieselgate, qui a entraîné des baisses de commande. Sintertech emploie 300 salariés sur les sites d'Oloron-Sainte-Marie (Pyrénées-Atlantiques), de Veurey et du Pont-de-Claix (Isère). 

Deux offres de reprise

Mercredi, le tribunal a examiné deux offres de reprise et a laissé un mois et demi supplémentaire aux éventuels repreneurs. La prochaine audience est fixée au 26 septembre, et le délai pour le redressement judiciaire au 30 septembre. Rien n'est donc encore décidé et les contours des deux offres présentées restent vagues. C'est ce que regrette Patrick Denizart, secrétaire du CE, qui a assisté à l'audience : "Il y a une offre de reprise globale qui nous paraît intéressante, et en parallèle, nous avons aussi appris, qu'il y aurait une offre de continuation de la part de l'actuel actionnaire."

L'inquiétude des salariés de Sintertech

Prochaine audience fixée au 26 septembre

"A ce jour rien n'est arrêté. Nous sommes déçus parce que nous pensions avoir des offres qui soient un peu plus concrètes, et puis surtout avoir des réponses pour les salariés, parce qu'ils se posent des questions depuis des mois, on se doute qu'il va y avoir un plan social, mais on ne sait pas vraiment", poursuit-il. La prochaine audience sur l'avenir de Sintertech est fixée le 26 septembre devant le tribunal de commerce de Grenoble.