Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Grève à la SNCF : 30 % de chiffre d'affaires en moins chez les commerçants de Saint-Étienne Châteaucreux

mercredi 2 mai 2018 à 18:22 Par Émeline Rochedy, France Bleu Saint-Étienne Loire

Les différentes enseignes de Saint-Étienne Châteaucreux tirent la langue à l'issue d'un mois d'avril dominé par la grève contre la réforme ferroviaire. La plupart avance une perte de chiffre d'affaires de 30 %.

L'affichage des trains à l'entrée du Mc Donald's de Saint-Étienne Châteaucreux.
L'affichage des trains à l'entrée du Mc Donald's de Saint-Étienne Châteaucreux. © Radio France - ER

Saint-Étienne, France

Grève à la SNCF, suite. Alors que la septième séquence débute ce mercredi soir et impacte encore fortement le trafic des TER, les différents commerces de Châteaucreux font grise mine. 

Tous ont fait leur compte et évaluent globalement à 30 % le manque à gagner pour le mois d'avril.  "Certains matins, on a ouvert pour rien", commente le gérant de Paul. "Certains matins, on ne voyait personne avant onze heures", ajoute la responsable du Mac Donald's."Heureusement qu'il y a le chantier et des entreprises autour, des salariés du quartier viennent à midi et la terrasse a bien marché avec le soleil", tente de nuancer Julie Albourie sans pour autant cacher son inquiétude pour les semaines à venir. 

En face, les hôtels ont clairement fait les frais des rendez-vous commerciaux annulés, des réunions transformées en visioconférence et des déplacements professionnels écourtés. Ainsi dans cet établissement, c'était très "significatif" quand les cheminots étaient appelés à débrayer le mardi, un jour qui affiche traditionnellement complet. 

"Ceci dit, nous avons accueilli une autre clientèle", précise de son côté le directeur des Poteaux carrés, l'hôtel restaurant. Comme ces Américains venus voir de la famille dans le département et coincés à Saint-Étienne. "Ils devaient prendre un avion, il fallait leur trouver un covoiturage... Nous avons plus fait de la conciergerie !", s'amuse Éric Coulaud. 

Aucun réservation jusqu'au 15 mai et 60 % de pertes envisagés ce mois-ci

"Pour l'instant, on fait le dos rond, des employés avaient des heures supp' à récupérer, des congés à écluser", explique le patron des Poteaux carrés mais ce deuxième mois de conflit à la SNCF s'annonce encore plus compliqué. "Les Ponts ajoutés aux grèves... C'est la totale", confie cet hôtelier dont l'activité est dominée par le tourisme d'affaire. Nous n'avons aucune réservation jusqu'au 15 mai et nous prévoyons 60 % de pertes", confie-t-il. 

"L'année est complètement plombée", conclut Claude Condello, le directeur de la franchise Paul. Le point de vente de Châteaucreux a déjà adapté ses heures d'ouverture lors des jours de grève mais le réseau, particulièrement présent dans les gares de l'Hexagone a fait les démarches pour se mettre en activité partielle, autre nom du chômage technique partiel.