Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Grève à la SNCF : "Je ne mange plus que des pâtes et je me ferai moins plaisir en vacances" (Dylan, cheminot)

lundi 11 juin 2018 à 6:38 France Bleu Pays de Savoie

Il ne reste plus que trois épisodes de grève pour les cheminots sur leur calendrier contre la réforme ferroviaire. Pour certains d'entre eux, la lutte coûte cher mais s'il faut continuer cet été, ils le feront comme Dylan et sa mère.

Les cheminots de Sud Rail partent en AG à la veille d'une semaine décisive dans leur combat contre la réforme ferroviaire.
Les cheminots de Sud Rail partent en AG à la veille d'une semaine décisive dans leur combat contre la réforme ferroviaire. © Radio France

Chambéry, France

Plus que trois épisodes de grève d'ici fin juin pour les cheminots qui viennent d’enchaîner 28 jours de grève depuis avril contre la réforme ferroviaire. Certains syndicats pensent déjà à pousser la mobilisation jusqu'aux grandes vacances si le gouvernement ne fait pas plus d'effort. Pour les cheminots, cette lutte leur coûte cher. 

"Je fais des sacrifices. Je ne mange plus que des pâtes et je me ferai moins plaisir en vacances." - Dylan, 24 ans. 

Alors que la semaine s'annonce décisive pour les cheminots avec cette commission mixte paritaire qui se réunit ce mardi pour trouver un texte commun entre députés et sénateurs avant le vote définitif de la loi sur la réforme ferroviaire, les grévistes ne lâchent rien. Pourtant le texte a déjà été adopté au parlement et au Sénat. "Je fais des sacrifices, je ne mange plus que des pâtes et je me ferai moins plaisir en vacances", expliqe Dylan, syndiqué SUD Rail. Ce jeune de 24 ans est prêt à continuer le combat coûte que coûte. 

Les cheminots prêts à pousser la grève pendant les grandes vacances

A côté de lui, sa mère, Estelle, 22 ans de SNCF au service des ressources humaines n'a pas peur d'aller encore plus loin dans le mouvement. "Nous ne sommes pas à 500 euros près. Qu'on soit à -500, -1000, on ira négocier avec nos banquiers." La mère et le fils s'entraident comme ils peuvent et ils sont prêts à ne pas retourner au travail cet été pour de possibles actions les gros week-end des grandes vacances. 

Mais pour l'instant l'intersyndicale préfère se focaliser sur les trois jours à venir. Une nouvelle journée sans cheminot est organisée ce mardi 12 juin. A Chambéry, les grévistes se réuniront devant la mairie entre midi et deux.