Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Grève à la SNCF : le taux de grévistes atteint son plus bas niveau depuis le début du mouvement

mercredi 9 mai 2018 à 17:21 Par Géraldine Houdayer, France Bleu

Avec un taux de grévistes de 14,46 % ce mercredi matin, les cheminots n'ont jamais été aussi peu nombreux à faire grève, depuis le début du mouvement intermittent contre la réforme de la SNCF. L'intersyndicale se réunit ce mercredi soir pour décider des suites du mouvement.

La grève des cheminots a commencé le 3 avril dernier.
La grève des cheminots a commencé le 3 avril dernier. © AFP - Philippe LOPEZ

Ce mercredi, le taux de grévistes à la SNCF est le plus bas depuis que le mouvement a commencé, le 3 avril dernier. Mais le nombre de conducteurs grévistes, mobilisés contre la réforme de la SNCF, est toujours de plus de la moitié, selon les chiffres transmis par la direction de l'entreprise.

Pour ce mercredi, la 16e journée de grève du mouvement, la SNCF fait part d'un taux total de grévistes en matinée de 14,46%, le plus faible depuis début avril. Vendredi 4 mai, le dernier jour de grève ouvré, le nombre total de grévistes s'était établi à 17,12%, qui était déjà le plus bas enregistré jusqu'à présent. Parmi le personnel nécessaire à la circulation des trains, la mobilisation affiche aussi une baisse sensible, même si elle reste soutenue. Plus d'un conducteur sur deux (53%) est ainsi en grève mercredi (contre 63% vendredi), plus de quatre contrôleurs sur 10 (45,5%, contre 58,9% vendredi) et plus de deux aiguilleurs sur dix (20,9% contre 24,5%).

  - Visactu
© Visactu -

L'intersyndicale se réunit ce mercredi soir 

Après les rencontres bilatérales avec le Premier ministre Edouard Philippe lundi à Matignon, l'intersyndicale CGT-Cheminots, Unsa ferroviaire, SUD-Rail et CFDT-Cheminots se réunit à  partir de 17 heures ce mercredi pour décider des suites à donner au mouvement.

Les deux semaines à venir "décisives" pour le mouvement, selon la CFDT 

Le numéro un de la CFDT, Laurent Berger, a estimé ce mercredi sur franceinfo que le conflit entrait "dans une quinzaine de jours, 15-20 jours, décisifs", période pendant laquelle son syndicat "va continuer de discuter et de se mobiliser. La CFDT a soumis au Premier ministre 42 amendements qu'il veut voir introduire dans la loi. Le syndicat, qui est toujours "en désaccord avec les fondements de cette réforme", va "continuer de se battre pour que des éléments du statut soient mis dans la convention collective" qui doit être négociée au niveau de la branche ferroviaire, a indiqué Laurent Berger.

La CGT va questionner les cheminots sur la réforme 

Laurent Brun, de la CGT-Cheminots, a pour sa part indiqué sur CNews ce mercredi que la CGT allait organiser un référendum pour  "questionner les cheminots" sur la réforme, tout en estimant que "pour l'instant, il n'y a pas de fin du conflit". "L'idée, c'est que le gouvernement affirme qu'il ne veut pas bouger le cœur de sa réforme. Donc nous, nous allons questionner les cheminots pour savoir si oui ou non ils sont en accord avec cette réforme", a-t-il dit.

La direction de la SNCF "dit que puisque trois quarts des cheminots ne sont pas en grève, c'est que trois quarts des cheminots soutiennent la réforme, donc nous, nous allons poser la question aux cheminots (...). A mon avis, la réponse sera écrasante mais on verra bien", a-t-il dit, sans donner plus de détails sur l'organisation de cette consultation.